Rouge(s) – Red(s)

La semaine dernière était placée sous le signe du rouge ou plutôt des rouges! J’avais quelques tissus à teinter, avec des demandes précises. Cela faisait longtemps que je n’avais pas teinté de grandes pièces et j’ai toujours un peu le trac quand je m’y mets, ce qui est plutôt bon signe en fait! Je suis perfectionniste, donc la teinture en pièce est toujours un défi aussi bien technique que physique à relever pour avoir un résultat le plus parfait possible.
Évidemment, tout ne s’est pas déroulé comme prévu, comme vous allez le lire, mais il y a eu davantage de succès que de ratés!

Last week was a red week! I had a few fabric pieces to dye, with precise demands. It has been a long time since I dyed fabrics and I’m always a bit scared when I start, which is actually a good sign! I’m a perfectionist so fabric dyeing is always a challenge, both technical and physical, to get results that are as perfect as possible.
Of course, everything didn’t go as planned like you will see, but there were more successes than failures!

Un tissu sergé fin de 5m devait être teinté dans un rouge proche du rouge rubis, la garance n’étant pas la candidate idéale pour cette nuance, avec sa teinte allant vers le jaune. j’ai donc utilisé une recette à base de cochenille et de garance. Le mordançage s’est fait à l’alun et à la crème de tartre et la teinture à l’eau de pluie, pour respecter les exigences de la cochenille. La recette, que j’avais déjà utilisée sur écheveaux mais jamais en pièce, demande 14% de cochenille et 10% de garance, mais j’ai un peu adapté les quantités.

First, a piece of light woollen twill had to be dyed in a kind of « ruby » red, so madder wasn’t the best candidate for that shade, with its tendency towards yellow. Therefore I used a recipe that I adapted a bit, using cochineal and madder. Mordanting was done with alum and cream of tartar and dyeing was performed in a rainwater bath, to respect the cochineal’s preferences. The original recipe, that I had already tested on skeins but never on fabric, requires 14% of cochineal and 10% of madder, but I changed it a little bit.

Le résultat est très beau je trouve et on se retrouve avec une belle nuance plus « froide » qu’avec la garance pure, avec une jolie profondeur, qui n’est pas toujours simple à obtenir sur des tissus aussi fins.

The result is very beautiful I think, with a « colder » shade than with pure madder and a nice depth to it, which is sometimes hard to get on such lightweight fabrics.

Quand je suis sur des tissus, ils mobilisent mon attention et je ne fais pas de teintures à côté, mais j’ai tout de même pris le temps d’utiliser une partie du bain de cochenille pour teindre une écharpe en soie sauvage indienne (avec nuançage au fer).

When I’m onto fabrics, they are the center of my attention but I nevertheless took the time to use part of the cochineal bath to dye a wild indian silk scarf (with iron).

Le candidat tissu suivant était du sergé de soie, avec lequel j’ai eu une mésaventure. Forcément, en cas de problème de teinture c’est souvent les plus belles pièces qui sont concernées… Il s’agissait de teindre 4 pièces d’un métrage total de plus de 13m. Si j’ai pu faire le mordançage dans un seul très gros chaudron, la teinture avec de la garance me demandait de diviser le lot en 2, en croisant les doigts (et en faisant très attention au dosage de garance et à la durée et température du bain) pour obtenir des teintes les plus identiques possibles.
Quand on teinte avec la garance, il est primordial de bien garder les tissus en mouvement pendant toute la montée en température jusqu’à 70-75°C. D’autant plus que je préfère garder les morceaux de racine dans le bain, sans utiliser de nouet. Je trouve que la garance libre dans le bain assure une meilleure extraction des principes tinctoriaux. Et de toute manière, à partir d’un certain poids de racine, un nouet devient plus encombrant qu’autre chose dans le bain je trouve, car il faut le triturer également pour avoir une bonne extraction…

Next candidate in line was silk twill and that was when I had a mishap. Of course, when problems happen, it’s most of the time on precious pieces… The goal was to dye 4 big pieces of silk, measuring altogether over 13m. I managed to get the mordanting done in one big pot at once, but the madder dye required that I divide it into two dye sessions, crossing fingers for getting the same shade (and of course carefully weighing the madder and monitoring dye time and temperature).
When you dye with madder, it’s paramount to keep the fabrics moving in the dye bath, during the whole temperature rising time towards 70-75°C. I prefer to leave the root pieces in the bath, without using a muslin bag. I think the extraction works better that way and when you have a quite a lot of root material, a bag becomes unpractical in the dye pot, because the bag has to be pressed as well to ensure a good extraction…

Le problème avec cette méthode, c’est qu’il faut s’assurer que le tissu bouge en permanence, car les morceaux de garance peuvent faire des taches. C’est ce qui m’est arrivé sur le premier lot de soie, tout simplement parce qu’en fin de teinture (qui était jusque là parfaite…), j’avais très très faim et l’hypoglycémie embrumant quelque peu mon cerveau, j’ai laissé le tissu fini dans le chaudron au lieu de le mettre à refroidir gentiment dans un baquet avec le bain… Les braises étaient encore chaudes et se sont ranimées avec le vent, l’épais chaudron en cuivre a encore diffusé de la chaleur… Et paf, les petites taches de garance sont apparues là où les morceaux étaient immobiles sans mon intervention , avec cette petite chauffe supplémentaire… Dans ces cas-là, on se donne une grosse baffe, on jure vraiment beaucoup et on s’y remet. Ne jamais relâcher son attention en teinture, jamais!
Le deuxième lot fait dans l’après-midi était parfait par contre!
A partir de maintenant, je vais garder une boite pleine de fruits secs pour des snacks en cas de fringale dans ma cabane à teinture!

The problem with leaving the roots in the bath is to keep the fabric moving permanently, because the pieces can stain. That is what happened to me on the first silk batch. By the end of the dye session (and the fabric was spotless then…), I was really very hungry and I guess a slight hypoglycaemia clouded my brain: I left the fabric in the pot instead of transferring fabric and bath into a tub to let it cool down gently… Embers were still hot, the wind blew them alive again and the big copper pot still gave enough heat… And bang, small spots appeared where the root bits were on the fabric and not moving any more, « thanks » to that extra small heating time… When that happens, you give yourself a big slap, you do a lot of cursing and you get back in the saddle. Never let your guard down while dyeing, never ever!
The second batch in the afternoon was perfect!

From now on, I will keep a tin full of dried fruits and nuts for snacks in my dyeing shed!

La soie, en tissu ou en fils, demande des concentrations plus importantes de garance que la laine pour avoir un bon rouge. Depuis deux ans, la garance turque que j’utilise de préférence perd en qualité et on est souvent obligé de sur-doser. Pour la soie, en milieu relativement acide, j’utilise 200%…
Je ne sais pas à quoi est due la baisse de qualité, peut-être des problèmes climatiques ou bien les teintures naturelles sont devenues tellement à la mode que la production a du mal à suivre la demande et que les producteurs se permettent de privilégier la quantité à la qualité?

Silk, whether fabric or threads, requires more important concentrations of madder than wool to get a good red. For two years now, the Turkish madder I like to use has lost a bit in terms of quality. For silk, in a rather acidic bath, and to get a true red, I use 200%…
I don’t know what causes this quality loss, maybe meteorological problems or natural dyeing becoming increasingly fashionable, producers tend to focus on quantities rather than quality?

J’avais également 4m de tissu de grammage assez lourd à teindre en rouge soutenu, qui fait partie de ceux que j’ai mordancé la semaine d’avant durant ma semaine du blanc. Le tissu sec pèse déjà environ 1.8kg et 4m, ça commence à faire une bonne longueur, donc ce fut une séance de sport intensif. Heureusement, j’ai réussi à refaire un peu de muscles, donc ça soulage les articulations. Et puis j’ai reçu un petit coup de main de mon conjoint, c’est pas mal non plus!
Là aussi, il faut remuer pendant toute la chauffe, à la main d’abord, en défaisant les plis et en levant et replongeant le tissu puis, lorsque le bain devient trop chaud, avec un grand bâton.
L’année dernière, j’avais fait une vidéo d’un bain de garance, que vous pouvez voir ici.

I also had 4m of medium weight wool fabric to dye in a deep red. It’s part of the pieces I mordanted the week before, during my « white week ». the dry piece weighs about 1.8kg and 4m is starting to be quite a large piece. Intense sport was therefore on the schedule. Luckily, I strenghtened my muscles a bit, so it’s softer on the joints. And I had a bit of help from my man, how nice!
Again, moving the fabric during the whole heating time is ctucial, first by hand, chasing folds and lifting and plunging the fabric, then with a stick.
Last year I did a video on madder dye that you can see here. (sorry, comments are all in french…)

Pour avoir un rouge bien soutenu, j’ai un peu sur-dosé ma garance en prenant environ 130% au lieu de 100%. J’aime quand les couleurs claquent et c’est ce que voulait la cliente d’ailleurs, pour un costume historique très chic!
Voici le tissu en train de s’égoutter; il est plié en 2 dans le sens de la longueur ici pour ne pas qu’il traîne par terre en se balancant dans le vent, il est un peu lourd pour ma pauvre corde à linge!

To get this intense red, I used about 130% of madder instead of the usual 100%. I like it when the colours just pop and that’s what the client wanted as wel, for a posh historical costume!
here’s the fabric dripping after a first rinse; it’s folded in half lenghtwise here so it’s not dragged around by the wind, iy’s a bit heavy for my poor clothesline!

Et le résultat sec dont je suis assez fière, d’autant plus qu’il n’y a pas de taches ni d’irrégularités. Les efforts sont recompensés!

And I’m quite proud of the result, there are no stains of irregularities. Efforts are rewarded!

Il me reste quelques grandes pièces à teindre, du jaune et ensuite du bleu, avant de passer à des teintures plus « calmes » et moins physiques… Mais j’ai également les bains de garance encore chargés de principes tinctoriaux à utiliser pour des rouges qui deviendront en partie des oranges (avec une sur-teinture à la gaude). Les journées sont trop courtes en ce moment!

I still have a few big pieces to dye, some yellow and some blue, before getting back to more « calm » and less physically-demanding dyes… But I also have the remaining madder baths to re-use for reds that will become, for some of them, nice oranges (with a weld over-dye). Days are too short!



Cet article, publié dans L'Atelier de Micky, Teintures, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Rouge(s) – Red(s)

  1. Anonyme dit :

    Ce rouge est tout simplement magnifique ! Quel boulot mais quel beau résultat ! Merci de nous faire partager cette expérience qui me fait baver d’envie.

  2. Jean Marie dit :

    En tant que teinturier retraité je suis inconditionnel de la qualité du travail que vous réalisez Micky, Vous obtenez une vraie profondeur de ton ce qui est difficile .Quant a l unisson ça l est encore bien plus.
    Si cela peux aider:
    Pour protéger l article du contact avec la garance vous pourriez essayer de mettre les racines dans un sac maillé,le colorant devrait quitter sa matière pour migrer vers le bain de par sa seule agitation.Un sac en polypropylène ou polyester restera blanc et eux resservir a souhait, bien sur en polyamide ou fibre naturelle ou artificielle il se teindra.Pour l unisson des longues pièces difficiles a manier vous pourriez les rabouter bout a bout par une couture,et les placer a cheval sur un rouleau de bois equipé d une manivelle et placé 1 metre au dessus du chaudron, un peu comme l équipement que l on voit sur la margèle d un vieux puits.Ensuite en tournant la manivelle la pièce de tissus sort et rentre dans le bain en permanence .L unisson se fait en sortie de bain au moment ou le ruissellement favorisant l echange bain/matière est le plus fort d autre part la teinture reste aussi effective hors du bain que dans le bain.attention quand meme aux plis parfois collés entre eux que vous pouvez ouvrir de préférence après le rouleau avant sa replongée dans le bain.D ou la nécessité d une certaine longueur entre le rouleau et le bain.
    Comme d hab vous démarrez la teinture dans des conditions de très peu d affinité en jouant sur les paramètres Ph et T°C que vous modifiez au fil de l épuisement du bain.Mais je sais que vous les maitrisez déjà très bien vu la qualité de vos résultats.
    Amitiés Artisanales aux nombreux amateurs.
    NB: bien sur, tel que vous le savez déjà, je rappelle aussi que l outil ne conviendra pas pour l indigo qui se fait en bain réduit ne supportant pas (du tout)l air.
    Jean Marie

  3. Brigitte PICART dit :

    Bonjour Micky, quels beaux résultats! Je suis d’autant plus intéressée que je viens moi-même de teindre des écheveaux de laine, dont l’un en Garance avec 100% de poids. J’aurais aimé une couleur plus intense, plus saturée et j’essaierai encore en mettant davantage de garance, mais il manque à ce rouge ce je-ne-sais-quoi que seule une pointe de Cochenille peut produire.
    Mon autre écheveau teint à la pelure d’oignon avec 30% de matière est d’une très intense couleur marron clair/jaune, très saturée.
    La saison de la teinture est revenue! Très heureuse d’avoir de tes nouvelles.
    Bonne continuation. Brigitte

  4. Amaya Eguizabal dit :

    Bonjour Micky, simplement vous dire milles mercis pour ces newsletters si intéressantes!! Vous prenez vraiment le temps de tout bien expliquer, les photos sont superbes et montrent bien votre travail bien fait! je vous souhaite beaucoup de suces et de bains inratables!! Bien à vous,

    *Amaya Eguizabal* http://www.amayaeguizabal.net *Instagram*: amaya.eguizabal

    El lun, 26 abr 2021 a las 20:49, L’ Atelier de Micky – Teintures naturelles

  5. Ping : Travaux de mai – May works | L' Atelier de Micky – Teintures naturelles et Tissages aux tablettes

  6. Ping : Indigo et verdure – Indigo and greenery | L' Atelier de Micky – Teintures naturelles et Tissages aux tablettes

  7. Tu t’en doutes, pour une amoureuse de la garance comme moi, cet article s’apparente à de l’érotisme visuel 😉 Je suis particulièrement en arrêt devant le résultat du mélange garance&cochenille, moi qui pourtant aime l’orangé de la garance, là je trouve le côté un chouïa plus froid profond, révélateur, émouvant… Comment ca je m’épanche en envolées lyriques ? ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.