Teintures – Essais et recettes

Page qui s´étoffera au fil du temps… 🙂   J’ai commencé la teinture végétale en 2009 et j’ai encore beaucoup à apprendre!

Voici des liens intéressants en français pour la teinture:

Le repaire des couleurs

Teinture à froid par fermentation: Martha Herba

Blog de Grégoire Le Guesderon

http://www.teinturevegetale.fr/

 

Lorsque vous récoltez des plantes dans la Nature pour des teintures, veillez à respecter les habitats et les végétaux! Ne prenez que ce qu’il vous est nécessaire et « herboriser » sur plusieurs spécimens au lieu d’en récolter un entier. La Nature nous fait de merveilleux cadeaux en plantes tinctoriales, sachons prendre ces cadeaux avec modération et respect!

Recettes teinture à chaud

Ces recettes sont indicatives, n’hésitez pas à aller voir sur d’autres sites et faire vos propres essais!

J’utilise ces recettes dans le cadre de mes teintures « historiques ». Dans tous les cas, veillez à bien mouiller votre laine avant de la mettre dans le bain de mordançage ou de teinture et faites attention à ne pas la soumettre à des chocs de température trop violents!

Les temps de trempage dans le bain de teinture sont fonction de la plante utilisée: faites des essais, cela fait partie des joies de l´apprentissage de la teinture naturelle!

 

MORDANCAGE

Afin de préparer la laine à la teinture, il vous faudra la mordancer, pour rendre les teintes plus profondes et plus durables! Le mordançage est superflu si vous utilisez l´indigo, le curcuma ou des plantes à tanins…

Alun: 10 à 20% de la matière sèche à teindre de cristaux d´alun dans un grand volume d´eau (la laine doit pouvoir flotter librement). Portez à petite ébullition (90°) et laissez à petit feu pendant au moins une heure! Laissez refroidir et rincez votre laine sans la tordre. Personnellement, j’ai renoncé à l’ébullition pour des raisons d’économie d’énergie et je préfère monter à température d’environ 60-70° puis laisser la laine refroidir tranquillement dans le bain de mordançage pendant 24h voire plus!

Soyez économes et respectueux de l’environnement! Dosez bien les quelques produits « chimiques » (notamment pour l’indigo)que vous utilisez et retraitez-les convenablement. Utilisez de l’eau de pluie de préférence et recyclez vos bains et vos plantes tinctoriales dans un compost par exemple.


TEINTURE A L´INDIGO

Cuve chimique

Recette recommandée par Flinkhand (http://www.flinkhand.de/index.php?aid=335) et qui a bien marché dans mon cas!

Traditionnellement, l´indigo était utilisé en fermentation par exemple dans des bains d’urine, mais cette méthode est très malodorante et il vous faudra préalablement récolter au moins une dizaine de litres d´urine… C´est vous qui voyez!  Il existe également des méthodes traditionnelles à base de chaux et d’autres ingrédients comme le fructose, la garance, les fruits pourris etc. Je suis en pleine phase d’expérimentation de ces cuves et j’espère très bientôt complètement abandonner les cuves chimiques! 😉

Attention: la teinture à l´indigo se fait en absence d´oxygène dans le bain de teinture (c´est pourquoi on ajoute des agents réducteurs comme l´hydrosulfite). Quand vous préparez votre bain, quand vous le mélangez et quand vous trempez et retirez votre laine, veillez à ce que le moins d´air et donc d´oxygène ne pénètre dans votre mélange!

Il vous faudra:

  • au moins deux casseroles ou récipients allant au feu dont vous ne vous servirez plus pour autre chose!
  • Un thermomètre de cuisine
  • Une cuillère en bois (qui ne servira qu´à l´indigo!)
  • de la lessive de soude liquide
  • de l´hydrosulfite en poudre
  • de la poudre d´indigo

Attention à la soude, qui est très irritante! Portez des gants en caoutchouc pendant toute la phase de préparation et pour retirer votre laine du bain de teinture! 

Attention également à l’hydrosulfite: ne jamais verser de liquide dans l’hydrosulfite sous peine de dégagement de vapeurs toxiques et porter un masque quand vous doser votre poudre, celle-ci étant très fine.

Pour 500g de laine sèche

Mélangez d´abord dans un récipient les produits suivant:

600ml d´eau avec quelques gouttes de produit vaisselle, 20g d´Indigo en poudre, 25ml de soude et 30g d´hydrosulfite. Mélangez doucement sans faire de bulles et portez le mélange à 60°C exactement avant de le retirer du feu.

Ce sera votre mélange de base. Il va sentir un peu mauvais, c´est normal et c´est pour la bonne cause… Vous verrez aussi que la surface sera bleue est que le mélange lui-même est verdâtre, c´est comme ça qu´il faut que ce soit!

Dans un autre récipient plus grand, mettez 20l d´eau, portez à 50°C puis ajoutez 15ml de Soude et 10g d´hydrosulfite. Laissez reposer chaud pendant 20 minutes!

Ajoutez tout ou une partie de votre mélange de base aux 20 litres et laissez reposer 15-20 mn en vérifiant que la température reste à 50 ou 55°C.

Vous pouvez maintenant ajouter votre laine préalablement bien mouillée (c´est très important pour l´indigo, car il faut éviter que de l´air ne rentre dans le bain…). Laissez la laine pendant au moins 20 minutes dans le mélange maintenu au chaud (mais pas au-dessus de 55°C). Vous pouvez la laisser plus longtemps, mais commençons par 20 minutes, vous pourrez toujours la retremper ensuite!  Il m’arrive de ne laisser la laine que quelques minutes pour avoir du bleu clair ou quand je reteinte des fibres déjà teintées avec une autre teinture…

C´est là que la teinture à l´indigo devient magique… Votre laine, dans son bain, est d´un vert jaunâtre, mais lorsque vous allez délicatement la sortir, en appuyant doucement dessus pour l´essorer un peu, vous la verrez virer, au contact de l´air, au bleu indigo tant espéré!

Voilà! Il ne reste plus qu´à laisser sécher la laine quelque temps à l´air, pour que la teinture s´oxyde entièrement. A ce stade, vous allez déjà avoir une idée de la nuance de bleu obtenue. Si vous voulez une teinte plus prononcée, retrempez votre laine et recommencez! Une fois que la laine a pris sa couleur définitive, rincez-la bien et faites la sécher à l´ombre.

Teintures et sur-teintures indigo 2013

Teintures et sur-teintures indigo 2013

Cuve organique à base de fructose

Ingrédients (pour une cuve de 10l environ):

  • 20g de poudre d’indigo
  • 60g de fructose
  • 40g de chaux éteinte

Remplir un récipient adapté aux 3/4 d’eau chaude, ajouter la poudre d’indigo (que vous pouvez préalablement hydrater), puis la chaux et le fructose. une fois tous les ingrédients réunis, agitez gentiment votre cuve sans mouvements qui risquent d’y faire pénétrer de l’air. Attendez quelques minutes, puis répétez cette opération (3-4 fois). Attendez que la « fleurée » se forme, cette pellicule aux reflets métalliques à la surface de la cuve. Chauffez à 50°C environ et commencez à teindre (souvent il est préférable de laisser la cuve tranquille pendant 24h). Le pH devrait être au-dessus de 10 (10-11 pour laine et soie, plus de 11 pour les fibres cellulosiques).

Vous pouvez remplacer le fructose par le jus d’environ 1kg de fruits très mûrs (bananes, mangues, pêches, poires…). Faites bouillir vos fruits et filtrer le mélange pour obtenir le jus.


TEINTURE A LA GARANCE

La garance (Rubia tinctorum) est une plante originaire d´Asie occidentale et centrale, très tôt connue et utilisée en Europe. Ses racines contiennent de l´alizarine, un colorant rouge. Le rouge garance est l´un des plus beaux et plus solides rouges que l’on puisse obtenir grâce à des plantes européennes, mais pas toujours simple à réussir.

Utilisez entre 60 et 100g de garance en poudre pour 100g de laine sèche à teindre. Laissez gonfler la poudre de garance plusieurs jours avant la teinture (idem pour la racine séchée en morceaux). Le mordançage de la laine se fait avec 20 à 30% d’alun et la laine mordancée est mise à reposer pendant quelques jours également, bien la rincer avant la teinture.

Bien mélanger dans un grand volume d´eau, mettre la laine et faire chauffer jusqu´à 70°C maximum (sinon, la couleur vire au brun). Laisser à feu moyen en surveillant la température pendant environ une heure et remuer régulièrement puis bien rincer pour enlever l´excédent de teinture et les restes de poudre de racine.

Vous pouvez, selon ce que vous arriverez à vous procurer, utilisez de la racine séchée en morceaux ou de la poudre.  La poudre peut se mettre directement dans le bain de teinture, les résidus séchés s’en iront au séchage. Pour la racine en morceaux, on peut la mettre dans un sachet de mousseline, mais il faudra bien agiter celui-ci pendant la teinture pour assurer une bonne répartition de la couleur et eviter les taches. Il vaut mieux mordancer la laine une semaine avant de teindre et la laisser reposer sans la rincer dans un linge humide. N’hésitez pas à faire un second bain si la couleur vous semble trop légère et un petit rinçage à l’eau vinaigrée ne fait pas de mal non plus pour fixer la couleur (bien rincer ensuite!)


TEINTURE A LA GAUDE

La gaude (Reseda luteola) est une plante tinctoriale bisannuelle très anciennement utilisée en Europe (sans doute depuis la Préhistoire) et donne de très beaux jaunes lumineux! Personnellement, j’utilise environ 50-100g de gaude en poudre pour 100 à 150g de laine sèche (à mordancer au préalable), puis je fais un bain que je fais bouillir et que je laisse reposer jusqu’à une nuit avant d’y teinter la laine à environ 60°C.

La gaude est très facile à cultiver (à partir de graines): chez moi, elle a très bien poussé sur un sol assez pauvre et sec, sans grand entretien. La gaude fraiche m’a donné de très belles teintes riches!

   


TEINTURE A L´OIGNON

Faites macérer deux grosses poignées de pelures d´oignons sèches pour 200g de laine environ dans un ou deux litres d´eau, portez à ébullition et laisser la décoction à petit feu pendant environ une heure. Ensuite, laissez reposer le tout quelques heures jusqu´à une nuit entière, filtrez et utilisez comme bain de teinture, en ajoutant de l´eau selon le volume de laine à teindre! Essayez plusieurs variétés d´oignons (jaunes, rouges…) vous serez surpris par la variété des teintes obtenues selon la laine!

Attention au soleil avec la laine teintée à l’oignon! Cette teinture vire assez rapidement au jaune sale au soleil direct! L’une des solutions pour éviter cela est de faire plusieurs bains de teinture successifs, en égouttant et laissant hors du bain la laine un quart d’heure entre chaque bain. Votre patience sera récompensée même si cela reste à mon avis l’un des jaunes les moins durables!


  TEINTURE AUX GALLES DE CHÊNE

Les galles sont des excroissances créées par des insectes hyménoptères qui parasitent les feuilles de chêne (entre autres). C’est dans les galles que vont se développer les larves. Traditionnellement, on utilisait des galles de chêne au Moyen-Age pour faire des encres noires, avec des sels de fer. En teinture, la richesse en tanins des galles donne souvent de jolis bruns et de très beaux gris avec adjonction de sulfate de fer (toujours en TRÈS petites quantités et en rinçant soigneusement après! le sulfate de fer attaque la laine).

Récolter de préférence les galles en automne, puis laissez-les sécher tranquillement dans un endroit chaud (on peut aussi les utiliser fraîches). Une grosse poignée de galles sèches suffit à teinter 100g de laine. Il faut faire bouillir les galles dans de l’eau et les écraser pour en extraire le maximum de tanins. Le mordançage est superflu! La laine peut être teintée à froid ou à chaud avec de bons résultats.


 TEINTURE AUX FEUILLES DE BOULEAU

Le Bouleau blanc est un arbre que l’on trouve presque partout, on récoltera les feuilles de préférence au printemps. Les feuilles peuvent être séchées et utilisées plus tard pour la teinture.

Faites une décoction de feuilles (environ 70g de feuilles fraîches pour 100g de laine, 30g de feuilles sèches pour la même quantité) pendant environ une heure. Filtrer et mettez les feuilles dans des sachets de mousseline ou de gaze fermés dans le bain de teinture. Ajoutez la laine mordancée dans le bain et remettez au chaud pendant une heure. Pour améliorer la tenue à la lumière, il est recommandé de sortir la laine, l’essorer légèrement (en recueillant le liquide dans le bain de teinture) et la faire égoutter pendant un quart d’heure avant de la remettre dans le bain. On peut aussi l’y laisser pendant la nuit. Le bain sera à nouveau utilisable pour teindre, les résultats seront plus clairs mais parfaits pour faire une sur-teinture à l’indigo ou à la garance par exemple, pour avoir du vert ou du orange.


TEINTURE A LA TANAISIE

La Tanaisie (Tanacetum vulgare) est une plante vivace très commune le long des chemins. On la récolte de préférence juste avant la floraison en été. Elle peut être séchée et utilisée plus tard: il ne faut pas hésiter à faire des réserves, c’est une plante vigoureuse qui va très bien repousser!

On utilise environ 400g de plante fraîche (ou 100g de plante sèche) pour 100g de laine préalablement mordancée à l’alun. L’utilisation de sulfate de fer après teinture va donner un très beau vert!

DSCF2457



 TEINTURE A LA COCHENILLE

Les cochenilles sont des insectes qui vivent en parasites sur des cactus en Amérique du Sud, on les élève aujourd’hui dans les îles Canaries par exemple. Au Moyen-Age, c’était une autre espèce, le Kermès, qui donnait une teinture vermillon, et il existait également la cochenille polonaise, aujourd’hui quasi introuvable.

Pour teindre, on prendra de préférence des cochenilles séchées entières que l’on va réduire en poudre. J’utilise un moulin à café de ma grand-mère! La poudre ainsi obtenue (15g pour 100g de laine) sera mise à gonfler dans de l’eau avec 5g de crème de tartre et laissée reposer une nuit. Ensuite, on fera chauffer cette purée dans de l’eau pendant un quart d’heure puis teindre la laine pendant une petite heure. Cette teinture est très vite absorbée par les fibres, alors il faut mettre toute la quantité à teindre en une seule fois! La laine doit préalablement avoir été mordancée avec 10g d’alun et 8g de crème de tartre pour 100g. cette recette donne un joli rose, que l’on peut transformer en violet avec du sulfate de fer. N’hésitez pas à utiliser d’autres concentrations de cochenille pour des roses et des bordeaux!

cochenille


  

Publicités

72 commentaires pour Teintures – Essais et recettes

  1. Amandine dit :

    Bonjour !
    J’ai un article à ajouter à ta page : « comment rater une cuve de bleu … » prendre deux enfant en bas-âge, un pantalon blanc, et une maman qui courre après le temps …. trêve de plaisanterie, j’ai testé une recette beaucoup plus simple que la tienne. Elle fonctionne bien : j’obtiens des bleus profonds avec un trempage très court, mais avec plein de résidus de pigment.Evidemment, je n’ai pas de recul et je ne sais pas si les teintes vont tenir. J’ai bien mouillé ma laine, mais avec de l’eau froide, ce qui a fait baisser la température de ma cuve et donc sa qualité. Résultat : les deux derniers écheveaux gris sales, une petite fille qui refuse de faire la sieste, un bébé qui pleure, et une maman qui va être obligée de refaire sa cuve. Je vais essayer de la raviver ….

  2. Amandine dit :

    résultat de l’opération de ravivage, sans enfant sur les bras : toujours ce même beau bleu profond. Pas de variations de teinte. C’est très chouette mais la prochaine fois je prends ta recette pour avoir des dégradés. J’ai pris 25g d’indigo pour 500 g de laine sèche et j’ai l’impression que je pourrais encore teindre avec ma cuve. Je vais la garder pour un troisième ravivage !!

    • ginetteplus dit :

      Où peut-on trouver les produits pour teinture à l’indigo ? Lessive de soude liquide, hydrosulfite en poudre et la poudre indigo.

      • Bonjour!
        je vends de la poudre d’indigo naturelle sur mon site, mais pas les produits chimiques (pourquoi ne pas tenter une cuve au fructose d’ailleurs? parce que l’hydrosulfite est tout de même un produit dangereux…). Sinon, il y a tout ce qu’il faut chez Alysse creations (sauf la soude, qu’on trouve en magasin de bricolage).
        Amicalement,
        Micky

  3. Bonjour!
    Je crois qu’il vaut mieux mouiller la laine à l’eau chaude en effet, ne serait-ce que pour éviter un choc de température! En ce qui concerne la capacité de la cuve préparée avec la recette ci-dessus, j’ai teint plus de 500g de laine avec sans problèmes et je l’ai même réutilisée deux jours plus tard pour reteindre un echeveau qui n’était pas teint très régulièrement! (et à froid/tiède en plus, en laissant tremper une petite heure)
    Ne pas hésiter à rajouter un peu d’hydrosulfite et de soude en cours de route, pour maintenir l’absence d’oxygène dans la cuve!
    ça ne doit pas être facile de teindre avec des enfants autour dis-moi! 🙂
    A+
    Micky

    • LaNouchette dit :

      Bonjour , je sais que cet article date un peu , mais je voudrai me lancer dans la teinture au curcuma . L’avez vous déjà tenté ? Ca tient dans le temps ?
      Merci pour vos précisions !

      • Bonjour! oui, j’ai déjà essayé, la teinture est facile sur beaucoup de fibres (le mordançage est superflu) et donne un très beau jaune, mais qui reste un peu fragile à la lumière. Le pH fait également virer la couleur. A tenter en tout cas! 😉

      • Ah, j’ai oublié un truc: ne pas hésiter à faire plusieurs bains en laissant un peu sécher la laine entre chaque, ça renforce la tenue à la lumière (comme pour la teinture à l’oignon) et fixer avec un bain d’eau additionnée de vinaigre!

  4. Mélanie dit :

    Bonjour,
    petite question : pour teindre du lin à l’indigo, il faut faire un mordançage ou pas? J’ai un peu de mal à être sûre de mon coup…
    Sinon, j’admire ton travail! ^^ Grande fan! Respect!

  5. fossier dit :

    Bonjour
    Comment fait-on pour éviter que l’indigo ne déteigne après ? Faut-il tremper le tissu teint dans un bain de vinaigre blanc ou bien y a t il une autre astuce ?
    Merci beaucoup

  6. fossier dit :

    Bonjour
    Autre petite question … pour obtenir un bleu indigo très profond, combien faut-il faire de bains ?
    Merci beaucoup

    • La, ca dépend de pas mal de choses: le type de fibre utilisé, la concentration du bain de teinture, la qualité de l’indigo etc. Bref, il n’y a pas de règles absolues a ma connaissance, comme souvent en teinture, il faut faire des essais! Soit on fait une succession de bains, soit un bain beaucoup plus long (en maintenant la température autour de 50°).

  7. fossier dit :

    Bonjour
    Merci pour vos réponses ! En fait ce serait une teinture sur du lin fin … pas du coton. Ca change quelque chose non ?

  8. fossier dit :

    Merci pour la confirmation du vinaigre…

  9. volle dit :

    Bonjour,
    Je viens de découvrir ton site et je souhaite un conseil : j’ai tricoté un gilet en pure laine écru. J’ai fait la TRES GROSSE BETISE de le laver avec un autre pull rouge ! Horreur ! De grosses taches roses sur le gilet. Je pense le récupérer en le teingnant en rouge un peu soutenu (fleurs de coquelicot). Je n’ai jamais fait de teinture sur de la laine et ce qui me faire peur c’est la température du bain pour ne pas feutrer la laine. .Mordonçage et/ou vinaigre blanc, hydrosulfite et/ou soude, le récipient à teinture est-il récupérable ?Merci de me renseigner et bonne continuation.

    • Bonjour! normalement, quand on reteinte sur des taches, et bien elles restent… Parfois, en reteignant avec un bain très concentré (par ex de l’indigo), ça passe si les taches sont très claires. Je sais qu’il existe des décolorants pour les taches dans le commerce, mais je ne sais pas ce ça vaut sur la laine. Ne pas monter trop haut en température et éviter les chocs thermiques pour ne pas feutrer. Le mordançage, lui, dépend de la teinture utilisée. Pour le rouge, la recette est sur la page avec de la garance, c’est le rouge le plus soutenu en teinture végétale classique. Pour les récipients, il vaut mieux utiliser quelque chose dont on ne sert pas en cuisine par ex! Si tu n’as pas d’expérience en teinture végétale, je te conseille de tester et de te « roder » avant de teindre ton pull ou bien de te tourner vers des teintures chimiques du commerce, ce serait dommage de rater un pull tricoté à la main! J’espère t’avoir renseignée! Amicalement, Micky

  10. volle dit :

    merci d’avoir répondu à mes questions. Je vais suivre tes précieux conseils.

  11. bonsoir, j’ai fait aujourd’hui la connaissance de la plante datura stramonium est-ce que vous auriez peut-être déjà essayé où entendu quand puisse faire une teinture sur la laine avec cette plante. Merci de votre réponse

    • Bonsoir,
      à ma connaissance, le Datura est surtout connu pour sa toxicité / proprietés hallucinogènes… je ne pense pas que la teinture soit assez intéressante pour tenter! 😉
      Amicalement,
      Micky

  12. Pakula Patrick dit :

    Comment teindre du coton avec des pigments naturels bleus Majorel achetés au Maroc ?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Patrick.

    • Bonjour! je ne peux malheureusement pas vous répondre, il s’agit d’un pigment non? je ne sais pas s’il peut être utilisé pour du tissu, je ne pense pas que ça soit très efficace!
      Amicalement,
      Micky

  13. Noémie dit :

    bonjour,
    Un ami m’a demandé de lui teindre du drap de laine en jaune/vert assez vif. Je pense utiliser de la gaude et du sulfate de fer, par contre je n’ai encore jamais utilisé ce dernier. sais qu’il en faut très peu mais c’est quoi très peu ? 1% ? Moins ? J’ai vu que vous en aviez utilisé, vous pouvez me dire quelle quantité vous avez utilisé ? Merci

    • Bonjour!
      tout va dépendre du poids du drap à teindre. J’avoue qu’avec le sulfate de fer, je fais un peu « à l’instinct » en fonction de la couleur que prend mon bain de teinture au fur et à mesure que j’ajoute le fer, jusqu’à ce que celui-ci soit bien gris-vert. Environ 1 cuillère à café pour 200g de matière à teindre. Ce qui est essentiel, c’est d’ajouter le fer dans le bain chaud avant d’y tremper la laine. Généralement, je teinte en jaune d’abord et quand ma matière est de la bonne nuance, j’utilise le reste de bain chaud pour faire mon bain au fer. Il faut également bien brasser le drap dans ce bain pour éviter les taches et ne pas l’y laisser trop longtemps. Le fer a tendance à rendre la laine rêche, une bonne tasse de vinaigre blanc dans de l’eau après le rinçage va remedier à ça (laisser tremper toute une nuit).
      Bonnes teintures! 😉
      Amitiés,
      Micky

  14. Noémie dit :

    Merci pour ces conseils !

  15. lily dit :

    Bonjour,

    très joli travail que vous faites. 🙂

    J’ai une question : utilisez-vous souvent la crème de tartre pour les mordançages ?

  16. sophiedecotop dit :

    Merci beaucoup pour cet article! Je recherche des conseils pour teinter des tissus de récupération que j’utilise pour mes créations.
    Amicalement Sophie de Déco-top

    • Bonjour! j’utilise l’indigo le plus souvent pour les vêtements un peu défraîchis. Mais la meilleure piste pour les vêtements de récup à mon avis reste l’ecoprint ou « ecodyeing », une démarche vraiment intéressante que je compte bien explorer un jour! A voir: India Flint et son livre Eco colour: botanical for beautiful textiles qui donne les bases de ces techniques! En plus, c’est un très beau livre avec des photos magnifiques! 😉
      Amitiés,
      Micky

  17. Fiona dit :

    Bonjour, merci pour cet article qui devrait bien aider les débutants en teinture!
    J’ai cependant une question concernant la teinture à l’indigo dont j’espère pouvoir faire l’expérience durant l’été sur des vieux tee shirt de coton blanc.
    J’ai trouvé plusieurs recettes sur le net et en particulier des bains contenant du carbonate de soude (cristaux de soude vendus sous la marque St Marc). Or, vous indiquez de la soude caustique, qui n’est pas du tout le même produit. La soude caustique, appelée plus communément « lessive de soude » est vendue comme déboucheur de canalisations. Est-ce bien cette « lessive de soude » que vous utilisez et n’est-ce pas trop agressif pour la laine et autres fibres?
    Encore merci pour votre travail et pour ce partage 🙂
    Amitiés
    Fiona

    • Bonjour! oui, effectivement ce n’est pas le même produit, mais diluée, la lessive de soude (car c’est bien elle) n’attaque pas les fibres à ma connaissance. J’ai tendance à la remplacer par des cristaux de soude maintenant, le but essentiel étant d’augmenter le pH du bain. Il faudrait que je réécrive cette recette et je suis en train d’en tester de plus respectueuses de l’environnement… à suivre! 😉

  18. de Metz dit :

    Bonjour !
    Toute nouvelle sur ce site que je découvre… je cherche de l’aide pour…
    Je souhaite teinter un robe en lin blanc avec du curcuma, et je trouve différentes recettes, les unes disant qu’il ne faut pas de mordant, d’autres oui. Pourrie-vous me renseigner et me dire si effectivement, le curcuma vire au rouge au fur et à mesure des lavages ? Avec quoi fixer la couleur (du vinaigre ?), quelles doses ?

    • Bonjour!
      alors déjà le lin est assez difficile à teindre (lin et curcuma, j’avoue ne pas avoir essayé!)et les couleurs sont souvent assez pâles. Le curcuma ne permet pas d’obtenir des teintes très durables, il faut impérativement faire des bains successifs. perso, je mordance avant teinture, mais sur du lin, je ne sais pas. Il faudrait essayer sur des échantillons et vérifier la tenue à la lumière.
      Désolée de ne pouvoir aider davantage! 😉
      Amitiés,
      Micky

  19. bonjour Micky
    Tout d’abord felicitations pour votre travail. Je suis créatrice textile et votre travail m’aide beaucoup . En effet, mon travail m’amène à teindre mes tissus en Inde, en Afrique ou par mes soins quand je le fais dans mon atelier ..Je vais tester l’indigo pour de nouvelles créa, et j’ai une question toute bête . Ou trouvez vous votre indigo (ce matin j’ai pris de l’indigo pour teinture pour cheveux de chez AZ et ce n’est pas la bonne je suppose car non fermenté je crois) Je privilégie également la méthode avec le sulfate de fer et la chaux .
    Belle journée du 14 juillet !

    • Bonjour!
      l’indigo peut s’acheter chez des spécialistes sur le net: en France il y a Alysse créations ou couleur garance (et d’autres encore!). J’ai testé celui d’alysse qui est très bien, mais désormais je me fournis en Allemagne chez un revendeur pro, bonne qualité et moins cher car j’en utilise pas mal! 😉 N’hésitez pas à me contacter par mail si vous voulez, j’en ai toujours d’avance que je peux éventuellement céder à un prix raisonnable!
      Amitiés,
      Micky

  20. MB dit :

    Bonjour,
    Je souhaite teindre une robe en coton en blanc avec de la poudre bleu « klein » indigo. Comment faire ? Merci

    • Bonjour!
      si votre poudre est de l’extrait d’indigo végétal, la recette est sur cette page! et il y a quelques articles où je parle de coton à l’indigo(vous pouvez faire une recherche sur le blog avec la fonction « rechercher » à droite! 😉
      Amicalement,
      Micky

  21. bonjour, merci pour ‘larticle. Quel est le fournisseur allemand d’indigo que vous mentionnez? merci!

  22. Brigitte dit :

    Bonjour Micky,
    Je voudrais raviver ma cuve d’indigo mais je m’y suis mal prise car il n’y a pas ces reflets verdâtres et rougeâtres à la surface, qui indiquent que la cuve est bonne.
    J’ai mesuré le pH avec un appareil et le pH est bon (8,9). Alors je n’ai pas ajouté d’hydrosulfite et j’ai essayé de faire la préparation de l’indigo avec l’eau de mon vieux bain car je préférerais la réutiliser plutôt que de la jeter à cause de la pollution et pour économiser les produits.
    Maintenant que 30 grammes de poudre d’indigo sont mélangés au vieux bain que dois-je faire pour sauver l’opération et rendre mon bain opérationnel? Ajouter du carbonate de soude? Quelle quantité pour 30 litres d’eau?
    Si j’ai bien compris ce que l’agent réducteur réduit, c’est la quantité d’oxygène dans l’eau? Donc l’hydrosulfite ne modifie pas le pH? C’est le carbonate de soude qui remplace l’ammoniaque ou l’urine?
    PS: Je ne trouve pas l’odeur de la cuve déplaisante. A la limite j’aime assez cette odeur.
    Merci pour tout ce beau travail!

    • Bonjour Brigitte!
      pour raviver une cuve, je refais généralement une petite cuve mère que je rajoute à la vieille cuve préalablement réchauffée à environ 50°C. C’est difficile de vous dire exactement quoi faire pour sauver votre cuve… il faudrait essayer de la réchauffer et de rajouter de la soude oui, ça va alcaliniser un peu votre cuve. Ensuite, rajouter de l’hydrosulfite pour favoriser la réduction jusqu’à que la fleurée apparaisse et que votre cuve soit verte. Là aussi, je ne peux pas vous donner de quantités exactes, c’est souvent à l’aspect que l’on voit si la cuve s’est réveillée ou pas. Vérifiez que vous n’avez pas de dépôt au fond avant (si votre ancienne cuve n’était pas assez réduite, l’indigo que vous avez ajouté est peut-être mal solubilisé et peut former un dépôt au fond!). Les cuves d’indigo sont souvent un peu capricieuses, mais on apprend à mieux les connaître avec le temps!
      Sinon, oui, dans une cuve « chimique », l’hydrosulfite réduit le milieu (appauvrissement en oxygène) et la soude rend le milieu alcalin. dans les cuves organiques à l’urine par exemple, l’urine sert à la fois d’agent réducteur et d’alcalinisant, c’est une cuve de fermentation qui ne se comporte pas de la même façon que la cuve chimique.
      J’espère que ça vous aide!
      Amitiés,
      Micky

  23. bonjour et merci pour toutes vos infos. Pour teindre de la laine avec de la garance, on utilise un contenant en cuivre ou en inox? j’imagine que le résultat ne sera pas identique.

    • Bonjour!
      pour la garance, la matière du contenant n’influence pas autant le résultat que la qualité de l’eau et le mordançage, ainsi que le pH. Certains disent qu’ils obtiennent des nuances plus éclatantes en chaudron en cuivre! 😉 Personnellement, j’utilise souvent de l’inox car c’est solide et facile à nettoyer.
      Bonnes teintures!
      Amitiés,
      Micky

  24. Annawenn dit :

    Belle découverte 🙂

  25. Laurence Vaissiere dit :

    Bonjour !
    je suis en train d’expérimenter la teinture indigo avec une cuve au fer. Bizarrement la laine ne déverdit pas, elle reste vert/bleu canard… J’ai suivi ta recette 123 (et j’utilise ton indigo), de l’eau de pluie, j’ai attendu 12 h avant d’utiliser la cuve (mais je ne l’ai pas chauffée avant de mettre la laine, mais après l’y avoir mise), pH 12 (peut-être trop ?), elle fait une jolie fleurée maintenant… que de mystère ! as-tu une idée ?
    Bien amicalement

    • Bonjour Laurence!
      il faut éviter de teindre de la laine dans cette cuve, le fer va attaquer la fibre! Le pH est peut-être un peu trop élevé aussi, oui.
      Perso, je remue régulièrement ce genre de cuve pour que la réduction se fasse bien, mais il faut que le dépôt retombe au fond avant de teindre (on peut utiliser un panier pour mettre les fibres dedans et éviter qu’elle ne se retrouvent dans le dépôt).
      Désolée de ne pouvoir être plus précise, ce type de cuve est parfois compliqué à réussir et il y a tellement de paramètres (j’en rate encore moi-même de temps à autre!).
      Amitiés,
      Micky

  26. Laurence Vaissiere dit :

    Bon, ça me rassure un peu ! je continue mes essais…

    • Laurence Vaissiere dit :

      Deuxième essai réussi, je pense qu’il faut respecter une certaine proportion entre la quantité d’eau et les produits : pour 5 litres d’eau, 10 g d’indigo, 20 g de sulfate de fer et 30 g de chaux (j’avais mis la moitié la première fois), chauffé à 35°. Par contre la couleur est intense pour 100g de fibres…et cela abime un peu la laine effectivement ! je vais tenter la cuve au fructose que tu proposes, tu utilises quoi comme fructose ?
      Amicalement

  27. Laurence Vaissiere dit :

    Merci !

  28. Meiriona dit :

    Bonjour,
    je lis sur certains sites qu’il faut rincer la laine mordancée avant de la mettre dans le bain de teinture, dans d’autres qu’il faut la mettre à sécher, et sur certains qu’il faut la mettre au sortir du bain de mordançage…Je m’y perds un peu (beaucoup) du coup…Est-ce que ça dépend de la fibre ou de la couleur à teindre ?

    Noémie

    • Bonjour!
      pour beaucoup de teintures, essorer ou rincer légèrement suffit. On peut laisser sécher et teindre plus tard aussi, c’est ce que je fais quand je dois teinter de grosses quantités et que je dois mordancer à l’avance. Il n’y a que pour la garance que je rince bien après avoir laissé la laine dans le bain de mordant jusqu’à une semaine.
      Je pense que c’est davantage la concentration du mordant et la qualité de l’eau utilisée qui fait un bon mordançage!
      Amitiés,
      Micky

  29. Meiriona dit :

    Merci pour toutes ces infos. J’espère pouvoir vous croiser en Bretagne cet été

  30. Maureen dit :

    Bonjour,
    Pour faire de la reconstitution (époque gallo-romaine, 2ème siècle après JC, Germanie), j’ai acheté de la laine prêt à teindre afin d’en faire un manteau. Il s’agit de laine tissée main sergé 2/2 avec grattage d’un côté. Par manque d’expérience et par peur, j’ai préféré utiliser une teinture issue du commerce (marque Dylon, couleur terracotta Brown). J’ai suivi les instructions, sauf peut-être au niveau des températures, où j’ai été au feeling car je n’ai pas de thermomètre. Le résultat est décevant: je savais que les nuances allaient être plus claires, mais là j’obtiens une couleur rose saumonée. En parcourant rapidement votre site, j’ai vu que vous obteniez de très beaux bruns, notamment avec du brou de noix. Pouvez-vous me conseiller?
    J’ai vu aussi que vous faisiez de magnifiques ceintures tissées, les vendez-vous? Car je suis intéressée 🙂
    Votre site est bien fait, et il abrite beaucoup de choses à apprendre et à voir, merci!
    Maureen

    • Bonjour!
      Je n’ai pas vraiment d’expérience en teintures du commerce, mais je sais que celles-ci sont plutôt conçue pour des fibres « modernes », votre laine devait être assez lourde et donc la teinture pas suffisante! 😉
      Le brou de noix donne de très beaux résultats si on utilise les brous frais à l’automne. On peut aussi utiliser les feuilles en été.Les brous séchés donnent des tons moins vivants je trouve. Voir ici par exemple: https://mickytissages.wordpress.com/2014/08/13/teintures-noyer-et-noix/
      Teinter des tissus est relativement difficile: pour éviter les taches il faut un gros volume de bain et souvent, on a besoin d’une grande quantité de matière tinctoriale (à doser en fonction du poids du tissu).
      Sinon, oui, je réalise des ceintures tissées, mais je ne prends de commandes qu’en hiver, où j’ai davantage de temps pour les réaliser! 😉
      Amicalement,
      Micky

  31. Marie-Eglantine wattiez dit :

    Bonjour ,tout d’abord merci pour votre blog il est vraiment super il m’aide enormement je suis moi meme dans la reconstitution et je m’en inspire beaucoup.
    je me pose une question pour la teinture d’indigo,je n’arrive pas a trouver de la soude liquide,ou en trouvez vous? ou alors si c’est des cristaux savez vous comment les diluer ?
    Encore merci
    Marie

    • Bonjour!
      pour la recette chimique que je donne, la soude vendue en magasin de bricolage sous le nom de « lessive de soude » convient très bien. Ou sinon, essayez l’indigo organique avec de la chaux et du fructose.
      Amicalement,
      Micky

  32. Madebos dit :

    Bonjour, je suis costumière et pratique la teinture naturelle pour mes patines. Il se trouve que j’ai essayé pour la première fois de monter une cuve d’indigo au fructose (je ne veux pas utiliser d’hydrosulfite). Par contre le résultat n’était pas concluant. Après avoir mis la chaux (aérienne), le fructose et mon extrait d’indigo que j’ai dans un premier temps mélangé dans un de l’eau dans un pot en plastique avec des billes de verre)…aucun fleuré, aucune surface irisée….et un dépôt blanchâtre au fond de ma cuve (chaux ??). le tissu (coton épais, vieux drap) a pris une légère teinte bleue mais très très léger. Mon bain était chaud (température du robinet, je ne l’ai pas chauffé sur le feu). Le tissu est légèrement rigide et rugueux, vraiment pas agréable au touché est-ce du à la chaux ? Ai-je utilisé la bonne chaux ? Puis-je conserver ma cuve ensuite pour une prochaine utilisation ? Quel est le dosage minimum d’indigo pour obtenir un bleu profond (ap plusieurs bains bien entendu) ? Merci pour ces éclaircissements. Dernière question savez-vous où on peut trouver du pastel ?
    Élodie

    • Bonjour!
      le souci peut venir de beaucoup de facteurs… indigo de mauvaise qualité ou stocké trop longtemps, pH trop bas, qualité de l’eau etc. Pour un bleu profond, il faut tout de même avoir une bonne dose d’indigo (je n’ai pas fini tous mes échantillonnages et essais sur coton avec ces cuves organiques, mais je dirais plus de 5g/litre comme ça d’instinct) et avec des bains répétés oui. J’ai raté énormément de cuves au début aussi, on ajuste au fur et à mesure… Pour le côté rêche, oui, c’est le pH très basique sans doute, il faut bien rincer à l’eau vinaigrée et ensuite à l’eau claire pour neutraliser l’alcalinité.
      Côté pastel, ça devient très dur d’en trouver, j’en ai acheté l’année dernière chez woad.org.uk en Angleterre et en septembre, j’en reçois d’Allemagne (je n’ai jamais assez de pastel en culture chez moi et vu le rendement, on ne va pas très loin avec une petite culture). Le pigment reste très cher par contre, beaucoup plus cher que l’indigo.
      Amitiés,
      Micky
      Pour le pastel

  33. Sylvie dit :

    Bonjour,

    Connaissez-vous la méthode pour teindre en rouge avec le lichen (Evernia prunastri) ?

    Il parait que ça fait un beau rouge avec une fermentation lichen et épluchures de pomme (fruit) ?

    Je n’ai plus la recette et la recherche désespérement.

    Bonne journée

    Sylvie

  34. dalmard dit :

    bonjour,
    je souhaite faire une cuve organique d’indigo au fructose et à la chaux
    en suivant votre recette! par contre vous dites : »Remplir un récipient adapté aux 3/4 d’eau chaude » mais vous n’indiquez pas le nombre de litre;
    pouvez vous me l’indiquer? merci !

  35. Lyd dit :

    Bonjour et merci de partager vos expériences! j’ai une petite question concernant la cuve organique d’indigo: le rôle de la chaux est-il uniquement d’alcaniser le bain? si oui peut-on remplacer la chaux par de la soude? Merci!

    • Bonjour!
      oui la chaux est là pour alcaliniser le bain, je l’associe souvent à la soude (cristaux de soude) car le problème de la chaux est qu’elle forme un dépôt au fond de la cuve au fil du temps. Je n’ai jamais essayé la cuve organique avec seulement de la soude, j’ai tenté avec de l’eau de cendre de chêne, mais c’était des essais un peu instinctifs et je n’aurais pas de recette précise à vous donner. Si vous essayez dans un petit bain, vous verrez déjà si ça marche!;-)
      Amicalement,
      Micky

  36. zoubidakoi dit :

    Bonjour, pour la tanaisie, si je comprend bien vous n’utilisez que les feuilles et les tiges? Pas les fleurs? D’avance merci

  37. Pauline dit :

    Bonjour,

    Avez-vous une astuce pour conserver les bains de teinture ?
    J’ai actuellement un gros bian de fleurs de carottes mais plus assez l’alun pour mordancer mon tissu (bouuuh…) en attendant que la commande arrive, j’ai mis mon bain filtré de côté…. mais il commence à moisir !!!
    Des idées ?

    Merci d’avance,

    Pauline

    • Bonjour Pauline,
      certains bains moisissent ou fermentent assez vite et généralement, la couleur est alors altérée (ce qui n’est pas forcément laid mais différent!). J’avoue que je ne connais pas les fanes de carottes en teinture. Si le bain n’est pas trop grand, vous pouvez essayer de le mettre au frigo, mais je ne garantis pas que le résultat soit celui que vous espérez. Désolée de ne pouvoir vous aider davantage!
      Amicalement,
      Micky

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s