La saison des noix – Walnut season

Dans mon dernier article, je vous montrais un peu de teintures aux brous de noix verts. Cette année, les noyers sont pleins et j’ai commencé à en récolter, pour mon plus grand bonheur! Je suis amoureuse de cette teinture, à la fois simple et complexe!

In my last article, I showed you some walnut husk dyes. This year, walnut trees are full and I started the harvest with great joy! I’m in love with this dye technique, which is simple and complex at the same time!

Cette teinture est simple car il suffit de récolter les brous de noix au bon moment, c’est à dire lorsqu’ils sont encore verts, de les mettre dans de l’eau de pluie à macérer puis d’y plonger des fibres à teindre (laine, soie ou laine/soie). Rien de bien compliqué… Là où ça se complique, comme souvent en teintures naturelles, c’est de pouvoir obtenir les teintes que l’on souhaite! Et avec la macération froide de noix, il y a énormément de facteurs qui entrent en jeu, c’est donc une teinture où l’on doit utiliser la règle du IOPA, un acronyme de mon invention, qui est valable pour beaucoup d’activités de la vie en fin de compte: Intention, Observation, Patience et Attention.

This dye technique is simple because all you have to do is pick up the husks at the right time, when they are still green, put them into rainwater and immerse the fibers (wool, silk or wool/silk blends). Nothing complicated so far… But as always with natural dyes, the complicated part is to get the shades you want! And with the cold maceration technique of husks, there are many factors that will play a part, therefore it’s a dye where my IOPA rule comes into action, an acronym of my invention that is valid for many things in life in fact: Intention, Observation, Patience and Attention.

J’ai déjà pas mal écrit ici au sujet des noix, notamment dans cet article assez complet où je vous parle juglone et oxydation. Forte de mes expériences précédentes, je me suis donc attelée à la tâche cette année. Cela demande du temps et de la présence pour surveiller les macérations, mais les résultats en valent toujours le coup je pense!

I have written quite a bit about walnut husks on this blog, this article being the most informative I guess, where I talk about juglone and oxidation. Equipped with the knowledge gathered during the last years, I started the walnut dyes of this season. It takes time and presence to watch the macerations, but results are always rewarding!

Tout commence par la récolte, pendant laquelle je sépare les brous déjà un peu oxydés de ceux qui sont bien verts. Il faut s’équiper d’une perche et faire tomber les noix avec leurs brous, ceux qui sont à terre sont le plus souvent déjà trop vieux!

It all starts with the harvest, during which I separate the already oxydised husks from the really fresh ones. one has to come equipped with a pole to knock off the nuts with their husks, because those on the ground are too old already!

Voilà pour moi la noix parfaite! Celle qui commence juste à se fendiller et qu’on peut ouvrir avec l’ongle…

Here’s what I call the perfect walnut!The husk is just starting to crack open and you can open it with your fingernail…

Sur un même arbre, on trouve des noix à différents stades de maturité et donc des brous à différents stades de vieillissement.
A gauche, un stade parfait (toujours à mon avis!). Au centre un stade utilisable mais pas avec les mêmes résultats et à droite un stade qui ne vaut pas vraiment le coup en macération froide…

On a same tree, you can find different stages of walnuts, so different stages of husk age.
On the left, a perfect stage (in my opinion anyway!). In the middle, an acceptable stage but which won’t give the same results and on the right a stage not worthy of a cold maceration dye…

Les brous doivent être immédiatement mis dans l’eau (de préférence de l’eau de pluie) ou bien congelés pour en préserver les qualités tinctoriales.

The husks must rapidly be put into rainwater or frozen to preserve their dyeing qualities.

Après quelques heures ou une journée ou deux, on peut y plonger les écheveaux. Dans le cas de coques bien vertes, le liquide pourra être vert, sinon il tire davantage sur le fauve et les teintes obtenues seront différentes! Avec de l’expérience et beaucoup d’observations/expérimentations, on sait à peu près à quoi s’attendre en fonction de l’aspect et de l’âge du bain, mais évidemment ces teintures gardent un côté aléatoire et unique que j’aime beaucoup!

After a few hours or a day or two, you can immerse the skeins. When you have used green husks, the liquid will often be a dark green, otherwise it’s more fawn and the shades won’t be the same! With experience and many observations/experimentation, you can predict what kind of color you will get, depending on the aspect and the age of the bath, but there is always a bit of variation of course, which makes each bath unique, that’s what I also like!

Pour la première fois cette année, j’ai pu récupérer pas mal de noix du Noyer américain Juglans nigra, dont un spécimen pousse au Musée archéologique de Marle, où je me suis rendue il y a peu pour y teindre des écheveaux.

For the first time this year, I was able to get quite a lof of nuts from the American walnut tree Juglans nigra, a specimen of it growing in the museum of Marle, where I’ve lately been dyeing some skeins.

Ces noix, assez différentes de nos noix indigènes du Noyer européen Juglans regia, étaient encore fermées, donc sans aucune oxydation, et j’étais très heureuse de pouvoir préparer un bain très prometteur, d’un beau vert foncé, avec celles-ci!

These nuts are very different from the European ones (Juglans regia) and they were still closed, therefore without any oxidation! I was so happy to make a maceration from them, a promising deep khaki green one.

Voici l’évolution des teintes sur plusieurs heures: à gauche de la laine teintée aux noix américaines et à droite de la laine teintée avec les brous de noix européennes déjà un peu oxydées. Dans ce dernier cas, la teinte ne varie aps beaucoup depuis la sortie du bain jusqu’au séchage après rinçage.

Here’s the evolution of the color over a few hours: left are skeins dyed with the unoxidised American walnut husks and on the right, some dyed with European husks that were already a bit black. In that case, the shade doesn’t change much between bath and dryeing after rinsing.

Et le résultat une fois oxydé, rincé et sec! Si vous sortez un kaki de votre macération de brous de noix (que celles-ci soient issues du noyer européen ou de l’américain d’ailleurs), vous obtiendrez, après quelques heures ou quelques jours, de fantastiques marrons foncés ou bronze! C’est assez magique mais il faut être patient et donner du temps à la teinte pour qu’elle se développe. Si elle est un peu claire, je n’hésite pas à retremper les écheveaux d’ailleurs.

And the result once fully oxidized, rinsed and dried! If you pull a khaki green out of a maceration bath (whether American or European nuts by the way), you will get, after a few hours or days, extraordinary dark brown or bronze shades! It’s quite magical but one has to be patient and give the color some time to develop. If it’s a bit light, I don’t hesitate to dye a second time.

Selon la température extérieure, les bains de macération évoluent plus ou moins vite et je me depêche de teindre les teintes que je souhaite, car cela ne dure qu’un temps…

According to the outside temperatures, the maceration baths evolve more or less quickly and I hurry to get the shades I want, because it’s not going to last…

Après l’été caniculaire durant lequel je n’ai pas énormément teinté, je savoure ces moments de récolte et de préparation des bains de macération. Finalement il n’y a rien qui ne me plaise autant que d’être dehors, de récolter, d’expérimenter et d’apprendre. J’adore ces moments où l’on doit être attentif, sentir les choses se faire et ressentir la joie du résultat attendu, ou inattendu! Un peu comme avec les cuves d’indigo en fermentation, il faut de la présence, du temps, de l’attention. On lâche prise, on oublie le téléphone portable à la maison et on se concentre sur l’expérience. Si vous n’arrivez pas à me joindre ou si je ne réponds pas aux messages immédiatement, vous savez où je suis! Occupée, engagée… Et ça va durer un peu! IOPA

After the scorching Summer during which I haven’t been dyeing a lot, I enjoy these moments of harvesting and preparation of the baths. There is actually nothing that pleases me more than being outside, harvesting, experumentaing and learning. I love these moments where I have to be alert, sense things happening and feeling the joy of results that are expected or sometimes not! A bit like with indigo fermentation vats, you need to be present, to take the time and to be attentive. You let go, forget the mobile phone at home, concentrating on the experience. If I’m hard to reach these days and not very quick responding to messages, that’s why! Busy, engaged… And it’s going to last a while! IOPA

Cet article, publié dans Expérimentations, L'Atelier de Micky, Plantes tinctoriales, Teintures, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La saison des noix – Walnut season

  1. Marilo dit :

    c’est magique la teinture végétale !
    c’est vrai qu’il nous faut être patientes mais j’adore, la récolte des fleurs et bogues, racines, branchages et feuillages est pas mal non plus !
    merci pour ces jolies photos et ces infos !
    @passions2marilo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.