L’araignée à Marle – The spider in Marle

Je vous ai parlé dernièrement de mon projet de métier à pesons pour le musée de Marle. A l’occasion des deuxièmes « rencontres mérovingiennes » de cette année, j’ai pu commencer l’ourdissage du métier prévu pour aller dans l’une des maisons. J’ai donc joué à l’araignée pendant presque tout le week-end, en me servant de cette activité comme support très pédagogique pour expliquer le tissage et le filage.

I recently talked about my warp-weighted loom project for the open-air museum in Marle. At the last « Merovingian meetings », I started the warping process for the loom intended to be in one of the houses. I felt like a spider the whole week-end and took advantage of this activity to explain the weaving process and things about spinning.

Pour commencer, j’ai pu mettre en place le tissage commencé à l’atelier en lin dans le fond de cabane. J’avais oublié de mesurer la distance entre les supports de barre de lisse et ma barre était trop courte… j’ai donc du refaire les lisses… Hop, un peu d’entraînement ne fait jamais de mal!

To start with, I had to set up the linen weaving I started in my workshop in the open shed. I had forgotten to measure the distance between the supports for the heddle bar and I used one that was too short, so I had to make the heddles again… Well, training is always good!

Comme la visite du musée est libre, je ne sais malheureusement pas combien de temps ce tissage-là va rester en bon état… Certains visiteurs vont forcément jouer avec ou essayer de l’utiliser et il va y avoir des dégâts… sans compter les petites bestioles! Nous allons tester et voir comment on peut faire autrement (car un archéosite du haut Moyen-Age sans métier à pesons, c’est triste!)

As they are free visits on the site, I don’t know how much time this weaving will last… Some visitors will play with it and trying to use it, there’s unfortunately going to be some damage… Little critters might like it as well! We are going to try and see how we can do in another way, an early Middle-Ages open-air museum without warp-weighted loom is sad!

Comme nous n’avons pas eu le temps de rénover les anciens métiers à tisser du musée ou d’en fabriquer un neuf, j’ai amené le mien que je prête au musée le temps d’une saison. Le voici adossé à notre maison du week-end!

As we didn’t have time to renovate the old museum looms or making a new one, I took my big one with me as a loan for the season. Here it is leaning against the little house we sleep in when we are in Marle.

Même si j’ai pas mal de travail à l’atelier en ce moment, j’ai tout de même pu réaliser des pesons en argile. J’ai cependant eu une mésaventure avec mes pesons en « vraie » argile: j’en ai fait du « pop-corn » en essayant de les cuire, ils n’étaient pas assez secs… Impatience, quand tu nous tiens, tu nous fais faire des grosses bourdes! J’en ai refait un peu en catastrophe avec de l’argile auto-durcissante maquillée… Parfois il faut savoir tricher un peu quand c’est nécessaire, les non-spécialistes ne verront pas vraiment la différence de loin…
Je me suis procuré de jolies épées de tisserand en bois de différentes tailles et mis la laine destinée au métier en bobines sur des branches, parce qu’on ne va pas faire quelque chose en costume historique en utilisant des cônes en plastique!

Even if I’m really busy at home, I managed to make some clay weights. unfortunately I had a problem with the « real » clay ones: I made « pop-corn » while trying to burn them, they weren’t dry enough… Impatience is a very bad thing and makes you do mistakes sometimes! So I had to buy some self-hardening clay, make new ones and putting some « make-up » on them… Sometimes, you have to cheat a bit when necessary, non-specialists will not see the difference from a distance…
I bought some nice weaving swords in different sizes and put the wool intended for the loom on wooden bobbins, because nobody wants to see plastic cones in a historical setting!

Pour l’ourdissage de la chaîne de tissage, j’ai voulu faire une bordure en tissage aux tablettes, ce qui est une technique qu’on retrouve sur des textiles historiques. Et comme je me doutais de n’avoir pas le temps de tout finir sur un week-end, cela sécurise bien les fils si j’avais besoin de le stocker/transporter.
Voici l’installation: mon métier style Oseberg en bois sert de support à une chaîne de tissage aux tablettes et les deux bâtons au sol plus loin servent de cadre d’ourdissage.

For the warping, I wanted to make a tablet-woven edge, a technique that can be found in many historical textiles. And as I was expecting not to finish everything over the week-end, it’s a good way to secure and organize the threads when you have to move the unfinished warp around.
Here’s the installation: my Oseberg-style loom serves as a support for the tablet weaving warp and two pegs in the ground further away as a warping board.


Le principe est simple: les fils de la chaîne en cours servent de trame au tissage aux tablettes. Comme le fil que j’ai choisi est fin, je le passais deux fois dans la foule entre chaque tour de tablette.

It’s quite simple: the threads of the warp being made act as a weft for the tablet-weaving. As I chose rather thin thread, I passed 2 threads/shed.

Passer le fil, trottiner jusqu’aux deux bâtons fichés dans le sol puis retour au tablettes avec la bobine de laine dans les mains, repasser le fil, tourner les tablettes, tasser fort et recommencer, voilà quel a été ma « routine » pour environ 640 fils (ce qui fait 320 trottinements du métier jusqu’aux bâtons). J’ai eu la bonne idée (un peu par hasard, je l’avoue volontiers!) de mettre 2 bâtons et de toujours tourner dans le même sens, ce qui fait que je séparais naturellement les fils en deux nappes, ce qui est très exactement ce qu’on veut faire pendant l’ourdissage pour gagner du temps! Pas besoin d’encroix.
Les fils ont été séparés en paquets de 20 pour le moment. Il y a sans doute des fils en plus ou en moins dans certains paquets, je ne mets pas mes lunettes quand je suis en costume historique et mes yeux ne sont plus aussi bons qu’ils ne l’étaient! J’avoue que je mets quand même de temps à autre mes lunettes quand je suis en démonstration (par exemple quand je tisse du broché en soie tout petit) et si quelqu’un du public me fait la remarque « Oh ben y z’avaient pas de lunettes à l’époque! », je lui réponds gentiment que « à l’époque », je serais une très vieille dame sans doute aveugle ou carrément déjà morte à mon âge!
Voici quelques jolies images prises par Philippe Longueville de mes trottinements d’araignée!

Passing the thread, trotting to the pegs and back to the tablet weaving with the bobbin in hand, passing the thread again, turning the tablets, beating hard and do it again, that was my routine for approximatively 640 threads (that makes 320 trotting back and forth). I had the clever idea (by chance, I admit it!) to use two pegs and always turn in the same direction, so I naturally separated the two layers of warp threads, which is exactly what you want to do while warping! For now, the threads have been arranged in packs of 20. There are probably more or less threads here and there because I don’t wear my glasses when I’m in historical costume and my eyes are not what they used to be! I admit that I put them on sometimes, especially when I’m demonstrating brocade with tiny silk and if someone from the public says « Hey, they didn’t have glasses back then! », I gently erspond that « back then », I would be an old, probably blind, hag or maybe already dead at my age!
Here are a few nice pictures of my spidery activity!

Et la fin du travail juste avant de couper les derniers paquets de 20 fils! C’est une activité qui prend du temps mais a tout de même quelque chose de méditatif!

And the end of the warping, just before cutting the last packs of thread! It’s a tedious and time-consuming activity that nonetheless has quite a meditative feel to it!

Pour expliquer le procédé, j’avais amené un peigne de tissage et un métier de style backstrap loom. Pour beaucoup de gens, le tissage est un peu un mystère, mais voir le fonctionnement du peigne leur permet de mieux comprendre le principe de base, avec le croisement des deux nappes de fils. Et la comparaison avec le système de lisses est intéressante.

To explain the process, I brought a rigid heddle weaving as well as a backstrap loom. For many people, weaving is an obscure process but seeing how rigid heddles work allows them to understand the basic principles, with the crossing of the two thread layers. And the comparison with the string heddle system is interesting.

Pour une fois que je ne pratiquais pas d’activités salissantes, j’ai pu mettre mon beau costume (toujours en cours de réalisation…) qui est basé sur une tombe allemande du Vème siècle. C’est toujours agréable de mettre ses beaux habits en démonstration, ça ne m’arrive pas souvent!
J’ai beaucoup aimé changer un peu de sujet dans mes conversations avec le public en faisant en même temps une action pour le Musée!
Mais j’ai été bien contente que ma prof de yoga nous fasse une séance sur les extensions la semaine d’après par contre! Mon dos, qui n’est plus non plus de la toute première fraîcheur, avait un peu souffert de mes activités d’ourdissage, à rester debout, trottiner et se courber! Les postures d’extension sont magiques pour le dos, j’en utilise certaines quasiment tous les jours dans mon travail.

S’il y a des tisserand(e)s dans la salle et que vous constatez des trucs à améliorer ou des bêtises, n’hésitez surtout pas à le dire! C’est mon premier en grand format et toute seule, j’ai une très grosse marge de progression et des tonnes de choses à apprendre!

Il me reste donc la mise en place sur la barre du haut à metier à faire, la mise en place des pesons, le chaînage du bas et la mise en place des lisses!
J’espère avoir fini ça avant le festival international d’histoire vivante qui aura lieu à Marle les 25 et 26 Juin prochains! Ce seront les 30 ans du Musée et un festival multi-époques, de l’Antiquité jusq’à la Seconde guerre mondiale. Au plsiair d’y croiser certains d’entre vous!

As I didn’t do the dirty things I usually do, I was wearing my (still in progress) good costume, based on a German 5th century grave. It’s always nice to wear some good clothes during a demonstration, it doesn’t happen to me often!
I really enjoyed changing my topic of converstaion a bit with the public, while doing a good deed for the Museum!
I’ve been glad that my yoga teacher did a whole lesson on extensions the following week! My back is not the freshest any more as well and had suffered a bit from being standing and bending! Extension yoga postures are magical for the back, I’m telling you! i use some almost everyday in my work.

If there are weavers in the audience and you see things that could be better or mistakes, please tell me! It’s my first bigger scale « all by myself » warp weighted loom and I have tons of things to learn!

I still have to: putting the warp on the top beam, putting the weights on the warp ends, chaining the warp at the bottom and heddling!
I hope to have finished that beafore the International living history festival taking place in Marle on the 25-26th of June! It’s the 30th birthday of the Museum and it will be a multi-period festival, from Antiquity to WWII!

Cet article, publié dans Expérimentations, L'Atelier de Micky, Tissages - Mes réalisations, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.