[Article technique] L’importance de la trame, une petite expérience – [Technical article] The importance of weft, a small experiment

Certains d’entre vous se souviennent sans doute de mon travail sur le galon Snartemo V, que j’avais réalisé en laine 20/2 avec une trame en crin de cheval d’après le travail de reconstitution de Randi Stoltz. L’utilisation de crin de cheval en trame avait eu un effet spectaculaire sur la structure du galon et l’aspect des motifs.

Some of you might remember my work on Snartemo V, woven with a horse hair weft in 20/2 wool based on the reconstruction work by Randi Stoltz. The use of horse hair as a weft had a spectacular effect on the width of the band as well as on the aspect of the patterns.

Récemment, j’avais commencé un galon récréatif inspiré de Snartemo avec 21 tablettes. Après m’être amusée à en tisser pas mal en utilisant de la laine très fine en trame, je suis passée au crin de cheval avec cet élargissement attendu du galon et la structure très particulière que j’avais eue sur mon grand Snartemo.

Recently, I started a recreational band inspired by snartemo V with 21 tablets. After playing around with the patterns using very thin wool as a weft, I switched to horse hair and had the expected enlargment of the band and the specific structure that I got on my big Snartemo.

Sur les photos prise en macro, on voit très bien la trame en crin dans le tissage!
On the macro shots, you can see horse hair weft quite well in the weaving!

En utilisant une trame en crin à la place de la laine (de même épaisseur que la chaîne), la largeur du galon est passée d’environ 2.5cm à 3.5cm, avec des motifs un peu moins étirés. A l’époque de mon travail sur Snartemo V, on m’avait posé la question de savoir si c’était du au fait que le crin soit plus fin ou qu’il soit plus rigide, question à laquelle j’ai répondu que je ne savais pas, émettant l’hypothèse qu’il y avait sans doute aussi le fait que le crin soit très lisse…

Using horse hair as weft instead of wool (same thickness as the warp), the width of the band increased from 2.5cm to 3.5cm, with less elongation on the pattern figures. While working on Snartemo V, I was asked the question if this was because the horse hair weft was thinner or stiffer, a question I couldn’t answer, but hypothesized that it might be also a question of the hair being very slick…

Comme je n’aime pas rester avec des questions trop longtemps ouvertes, j’ai refait un essai en utilisant du fil de soie très fin en trame et tissant le même motif à la suite de celui que j’avais tissé en utilisant du crin. Le fil de soie est un peu plus épais que le crin, mais c’est de la soie, donc de la fibre…

As I don’t like to leave questions open for too long, I tested weaving the same pattern with a fine silk thread instead of the horse hair. The silk is a tad thicker than the hair, but it is fibre…

Le résultat ne s’est pas fait attendre, le galon s’est rétréci en quelques passages, passant de 3.5cm de large à 3.1cm, tout en conservant une belle forme carrée. J’ai bien entendu fait très attention à conserver la même force de tassage et une tension de la chaîne identique. J’ai également utilisé la soie comme le crin (comme je fais sur tous mes tissages aux tablettes d’ailleurs), en laissant dépasser une petite boucle au passage de la trame et en ajustant délicatement à la bordure avant le passage de trame suivant. En regardant à travers un objectif macro ou une loupe, je constate que je pourrais même tirer un poil plus fort! 😉

I didn’t have to weave long to see the effect, the band became narrower quite rapidly, from 3.5 to 3.1cm, while maintaining a nice square shape. Of course, I paid attention not to change neither the tension, nor the beating force. I also treated the silk like the horse hair (as I do with all my wefts in tablet-weaving anyway), leaving a small loop on the side that I very gently tug into the border before the next weft pass. Looking at it through a macro lens or a magnifying glass, I must admit that I could even tug a bit further! 😉

Voici le même motif, pour rappel, avec utilisation de laine de même épaisseur que la trame et un tassage relativement fort. On constate que le motif carré est légèrement étiré verticalement.
Here’s the same pattern figure, as a reminder, using a wool weft with the same thickness as the warp threads. You can see that the square is slightly stretched vertically.

A ce stade, il me restait une chose à tester: utiliser de la laine ayant à peu près la même épaisseur que la soie fine ou le crin, j’ai donc sorti un de mes fuseaux et filé un peu d’islandaise très fin. Le résultat était finalement ce à quoi je m’attendais: léger resserrement du galon mais surtout de l’espacement des fils de chaîne dans le motif. On constate aussi une très légère élongation, même si le motif reste bien carré.

At this stage, one test remained to be done: using very thin wool, approximatively the thickness of the silk or horse hair, I therefore pulled out one of my handspindles and spun a portion of fine icelandic wool. The result is what I had expected: slight narrowing of the band but mostly a tightening of the space between warp threads in the pattern. A slight strech in the pattern can be observed, but it remains nicely square anyway.

Cet essai a montré une chose à mon avis: ce n’est sans doute pas tant la finesse du crin qui va influencer l’aspect du tissage, mais sa structure physique. En effet, le crin ne présente pas de fibres libres à sa surface, contrairement à de la laine ou de la soie qui vont toujours avoir des petites fibres qui dépassent, celles-ci pouvant s’accrocher avec les fibres de la chaîne. Ici, la laine filée avec ses fibres libres plus présentes accroche beaucoup plus que la soie.
Quand on doit défaire une partie tissée avec du crin, on s’en aperçoit très bien car la trame est beaucoup plus facile à libérer que si on utilise de la laine par exemple, le crin glisse! Ceci pourrait être la raison pour laquelle les fils de chaîne ont tendance à s’espacer davantage quand on utilise du crin (avec ce type de laine en chaîne au moins, qui est de la laine peignée, d’autres expériences devraient être réalisées…)

This little test shows one thing in my opinion: it’s probably not the thickness of the horse hair that will influence the aspect of the weaving, but its physical structure. Indeed, horse hair has no free fibres on its surface, unlike wool or silk which will always have some small fibres sticking out and « catching » on the warp threads. Here, the handspun single with its free fibres on the surface catches even more.
You can actually feel that clearly when you have to « unweave » a portion woven with horse hair, it’s much easier because the hair is very slick and didn’t catch at all! This might be the reason why the warp threads are further apart when using a horse hair weft (with this kind of wool anyway, which is worsted, further experiments would be needed…)

Une question que je me pose: serait-il possible qu’en tissant avec du crin, on puisse utiliser un geste technique supplémentaire, qui consisterait en quelque sorte à « tasser dans la largeur », pour diminuer celle-ci et obtenir une structure de surface plus « compacte » des fils de chaîne? A tester!

A question that I am asking myself: would it be possible that, weaving with hair as a weft, one could use another technical gesture to, in a way, « beat in the width » to narrow the band and get a more compact structure of the warp threads? To be tested!

Dans la reconstitution de galons issus de sources historiques, c’est parfois compliqué de trouver LE fil de chaîne qui va nous permettre d’atteindre la largeur de l’original, mais il ne faut pas, comme le montre clairement cette petite expérience, sous-estimer la trame. Il est généralement conseillé, en tissage aux tablettes, d’utiliser un fil de trame plus fin que la chaîne (même si ça n’a rien d’obligatoire), mais ce n’est pas, bien entendu, le seul facteur déterminant la largeur finale, il y a aussi le tassage et la tension de la chaîne. Si la chaîne est trop tendue et le tassage peu efficace, une trame fine n’améliorera que peu la définition verticale des motifs.
Il suffit pourtant de regarder des images de tissages historiques pour voir que ceux-ci ne sont presque jamais « étirés »: un motif carré sera carré et pas étiré en losange… et on retrouve ces caractéristiques de l’Age du Fer à des époques plus récentes.
Ce sont ces moments où l’on donnerait très cher pour remonter le temps et regarder par-dessus l’épaule des tisserand(e)s expérimenté(e)s du passé…

In reconstructing bands according to historical sources, it’s sometimes hard to find THE thread to get the same width as the original, but the nature and thickness of the warp thread, like this little experiment shows well, should be as important to consider. Generally, it’s advisable to use a thinner warp thread in tablet weaving (even if it’s not an obligation), but it’s not, of course, the sole factor which will determine the final width, there’s also warp tension and efficiency of beating. If the warp is too tight and the beating too weak, a thinner weft won’t do very much in terms of vertical resolution of the patterns.
When you look at most historical tablet-woven bands, you can see that most of them are never « stretched », a square will be a square and not a kind of lozenge… and that from the Iron Age to more recent examples.
These are the moments when you would give anything to be able to travel back in time and look over the shoulder of experienced weavers of the past…

Tout ça m’a bien évidemment donné d’autres idées de tests… Ici, il s’agit d’un petit essai sur un tissage dans la technique à fils flottés assez particulière et sur une petite portion de galon, mais ça donne à réflechir! Vos commentaires, questions et retours d’expérience au sujet des trames en tissage aux tablettes sont plus que bienvenus!

All this gave me other test ideas of course… Here, it’s a small test on a band with the technique of floats and on a small portion of weaving but food for thoughts anyhow! Your questions, comments and personal experiences about weft in tablet weaving are most welcome!

 

 

Cet article, publié dans Article technique, Expérimentations, Tissage aux tablettes, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour [Article technique] L’importance de la trame, une petite expérience – [Technical article] The importance of weft, a small experiment

  1. Ariane Gilles dit :

    Merci pour cette expérimentation très éclairante!

    Quel crin utilises-tu? Je suis en ville et je croise pas souvent de cheval (beaucoup d’ânes, cependant, mais c’est une autre histoire). J’utilise donc du crin acheté. Le mieux que j’ai trouvé, ce sont des cordes de violons. Les foncées sont plus solides que les blondes, qui cassent dès que je tire un peu. N’y vois là aucune comparaison humaine ! Bises

    Ariane

    >

    • Hihi!
      C’est du crin de cheval venant d’un ami qui a des chevaux et qui m’en a donné plein il y a quelques années (crin de cheval Fjord d’ailleurs)! ;-)Je n’ai jamais utilisé ceux du commerce du coup, je ne sais pas si leur qualité est meilleure ou moins bonne.

  2. valerie13160 dit :

    Je n’ai jamais fait de tissage mais ce peut il que le tisserands aient ciré leur fils de trame avec de la cire d’abeille pour la rendre un tant soit peu peu raide et lisse ?

  3. Jean Marie dit :

    Bonjour Micky, j essaie de contribuer un peu.
    Je n ai pas trop compris si vous cherchez a élargir , a rétrécir , ou a sauvegarder la largeur en l état.Je crois a la sauvegarder.Je pense que vous jouez sur beaucoup de paramètres selon les fibres.L « Elasticité »,la fibre s allonge et reprend sa longueur initiale,la « Plasticité », elle s allonge mais n y revient pas ou peu.Le « Rentrage » ,ça retrécit naturellement comme la laine de par ses ecailles (comme celles du poisson au microscope) qui la font se feutrer par action mécanique,ça rentre aussi artificiellement comme une fibre pré étirée mécaniquement, souvent a chaud et au mouillé,et qui reprend sa place ensuite, par ex:au lavage. L » Accroche » ou la glisse,et vous avez raison , les fibrilles du fil, les structures comme le retors , les ecailles comme la laine.Mais cela fait vraiment beaucoup de paramètres a gérer.Parmi les fibres que vous avez essayées, si c est dans le but d être stable dès la sortie de tissage les monobrins sont les moins déformables, donc le crin de cheval me parait parfait, par contre il est lisse et il glisse.Si un apport sur la fibre ne vous pénalise pas ,pourquoi ne pas essayer de l encoller puis sécher a l amidon cuit , et si c est pas suffisant ajouter a l amidon un peu de talk, faut prendre le moins cher, il sera meilleur en ce qu il comprendra plus de silice.Cela m étonnerait que ça bouge ensuite.
    J en profite pour adresser un petit salut a tous les amateurs et artisans que nous sommes et nous souhaite une bonne continuation.
    Jean Marie

    • Merci Jean-Marie pour votre intervention, c’est toujours fouillé, précis et intéressant!
      En fait je ne cherche pas une largeur particulière, j’ai juste eu envie de tester sur une petite portion de tissage l’influence du fil de trame seul! 😉 Et ça m’ouvre d’autres interrogations, évidemment et d’autres idées! En fait en tissage aux tablettes, contrairement à d’autres tissages, le galon tissé « tombé du métier » ne bouge pas du fait de la structure particulière (torsions des fils liée aux rotations des tablettes), donc même avec le crin et les fils de chaîne qui s’écartent, le galon est très stable. C’est davantage une question de rendu, d’esthétique (et dans le cas des galons d’après des sources, l’envie de se rapprocher le plus possible des proportions et de l’aspect de l’original)
      Amitiés artisanes, Micky

  4. Je crois que le tout-laine reste mon rendu favori 😉 mais le crin donne aussi un aspect structuré très intéressant ! Faudra vraiment que je teste un de ces jours (en plus des chevaux ici il y en a pleeiiiin).
    Personnellement je tasse énormément en tout-laine donc j’obtiens des motifs carrés quand-même. Je ne suis pas très scientifique, j’ai tendance à vraiment tisser « à l’oeil » donc si je trouve que le motif s’étire, PAF un coup de tassoir sur le nez pour qu’il arrête ! Je me préoccupe moins de la régularité du geste que du rendu, autrement dit.

    J’apprécie tellement tes articles techniques, il y a pas mal de tutoriels pour débutantes* en tissage aux tablettes, mais peu d’infos plus avancées, qui vont justement creuser dans les détails. J’ai l’impression que les tisserandes sont souvent plus intéressées par les motifs que par la technique derrière, personnellement c’est plutôt l’inverse ! Alors si tu as d’autres petites choses techniques comme ca à nous partager n’hésite pas.

    * féminin inclusif 😉

    • Hihi,j’aime bien le dernier rendu également… je suis en train de réfléchir comment je fais finir cette chaîne! Peut-être au crin, mais en tassant moins, ou bien à la laine filée main, je ne sais pas encore! Je tasse fort aussi, avec une chaîne pas très tendue, c’est peut-être pour ça que j’ai un élargissement aussi fort avec le crin? Hypothèse à tester! 😀

      Moi aussi je suis fascinée par la technique et je ne cesse de m’interroger sur les gestes techniques historiques, ainsi que sur les caractéristiques des fils utilisés, les outils de tissage etc. Et puis quand on a accès à une belle source historique, autant essayer de s’en rapprocher le plus possible, n’est-ce pas? mais c’est pas toujours simple, ça c’est sur!
      Je vais bientôt manquer de temps pour ce genre de trucs, mais il faudrait qu’effectivement je m’en prenne pour ça, parce que c’est super intéressant à faire!

      Amitiés et bises!

      • Tu tisses à l’Inkle, juste ? Personnellement je suis toujours sur métier à ceinture donc j’ajuste ma tension de chaîne en permanence – je relâche légèrement quand je tourne les cartes et ouvre chaîne, puis tends plus fort à nouveau quand je tasse et passe la trame. J’ai un petit métier fixe aussi mais j’ai encore du mal à me rendre compte de ce qui est « très tendu » ou « peu tendu » dessus – aussi ces notions sont toutes relatives selon les tisserandes !

        Aaah la saison de teinture qui va reprendre, ça aussi c’est fascinant à suivre, ne t’inquiète pas 😉 Je viens de commencer un « grimoire d’essais de teintures » où je teste plein de variantes pour chaque teinture, je m’amuse tellement (et je pense souvent à tes couleurs et tes méthodes soigneuses) !
        Tu peux garder tes idées d’articles techniques sous le coude pour l’hiver prochain 😉

        Bises fibreuses !

      • Je tisse surtout sur mes grands inkle looms oui, ou bien sur une planche à tisser, notamment pour le broché. j’aime bien tisser à la ceinture aussi et je fais comme toi, c’est presque plus facile de gérer la tension à la ceinture quand on a pris le pli en fait! 😉
        Oui, les teintures vont devenir plus simples avec le printemps, j’attaque bientôt les tissus! Mes méthodes ont beau être précises, j’avoue que je suis très mauvaise en ce qui concerne l’organisation d’un suivi de mes recettes par écrit… j’ai une bonne mémoire, ça aide, mais chaque année je me dis que je devrais vraiment faire des nuanciers plus précis!! Je ne trouve jamais le temps, entre mon travail et l’entretien de la maison et du grand jardin!
        Bises colorées et fibreuses en retour!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.