Reprise des teintures – Back to dyeing

Je profite des températures douces avant un retour du froid prévu, pour avancer dans mes teintures. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, la météo fait des choses étranges en ce moment…
I take advantage of some mild temperatures before a forecast new frost episode to work on my dyes. Not one day ressembles the other, the weather is doing strange things these days…

Avant de commencer, il m’a fallu une bonne heure pour assécher assez le foyer semi-enterré. Nous avons eu tant de pluie dernièrement que malgré le fait qu’il soit protégé par une bâche, l’humidité s’est bien infiltrée dans l’argile. Ça fait du bien de retrouver le crépitement du feu sous le chaudron!

Before I could start, it took an hour to dry the semi-buried fireplace. We had so much rain lately that, despite being protected by a tarp, the clay soil was really humid. It feels good to have the crackling of the fire under the cauldron again!

Je teinte en priorité pour des commandes que je dois livrer début mars, mais il y a toujours quelques pièces en plus. En février, le temps est pour le moins incertain, mon but est de teinter ce que je peux quand il ne gèle pas. Je peux teinter quand il fait très froid, mais pourquoi diable passer deux fois plus de temps à chauffer des cuves et se coltiner des seaux d’eau de la maison vers l’atelier teinture, quand on peut s’avancer? Voici un joli tas de laines à mordancer d’abord.

I dye for orders that I have to send out in early march, but there are always a few more pieces. As the weather in February can change rapidly, the goal is to do what I can while there is no frost. I can dye when it’s really cold, but why spend the double amount of time heating things up and carrying water buckets from the house to dye shed when you can plan in advance? Here’s a nice heap of wool to be mordanted first.

Et les trois premiers kilos au mordançage.
And the first three kilos in the mordant bath.

C’est agréable d’être davantage dehors à nouveau, je regarde les oiseaux faire leurs petites affaires d’oiseau et des fleurs émergent déjà de l’herbe. Mais tout ce petit monde ne devrait pas trop se presser, l’hiver n’est pas fini… D’un jour à l’autre on passe du gris humide au soleil venteux, l’atmosphère change du tout au tout mais déjà l’espoir du printemps est là! C’est bien la seule chose sur laquelle on peut vraiment compter ces temps-ci, le printemps…

It’s nice to be outside again, I’m watching the birds doing their bird business and some flowers are already emerging from the grass. But all these creatures shouldn’t hurry too much, winter isn’t over yet…  From one day to the other, grey darkness turns to windy sunshine, the atmosphere is changing but the hop for spring is there! About the only thing you can really count on these days, the arrival of Spring…

Parfois, comme aujourd’hui, les éléments se déchaient et le sol gorgé d’eau de peut plus rien absorber… la boue est encore pire qu’en décembre, c’est pas le moment de teinter des grandes pièces de draps, heureusement ce n’est pas encore au programme!

Sometimes like today, the elements are going crazy and the waterlogged soil can’t take any more water… the mud is worse than in december, this is not a time to dye big pieces of fabric, but that’s not on the schedule anyway yet!

Bientôt je n’aurais plus assez de temps pour mes récréations d’hiver, alors j’en profite encore un peu. Je vous avais déjà parlé des merveilleux rolags de Fellview Fibres, en voici un nouveau sur le rouet, qui s’appelle « Old stone wall ».

Soon, I won’t have as much time for my winter leisure projects, so I really do envoy them. I had talked about the wonderful rolags by Fellview Fibres before, here’s another one on my spinning wheel, named « Old stone wall ».

Mon sergé avance un peu aussi, je passe des serpents aux oiseaux et fleurs de lys!
My broken twill is growing a bit too, I jump from serpents to birds and lilies!

Précision en passant, pourquoi je ne suis pas « sur Insta »!

Régulièrement, on me demande si je suis sur Instagram… J’ai un compte, mais vous n’y verrez pas ce que je fais, c’est pour regarder seulement (et je ne regarde presque jamais en fait!).
Pourquoi? Premièrement parce que mon smartphone me sert seulement de téléphone et pour me connecter à Internet quand je suis loin de mon ordinateur. C’est un téléphone de travail solide qui n’a ni peur de tomber dans la boue ni même de prendre un bain dans un bain de teinture, mais il fait des photos affreuses. Et pourquoi voudrais-je poster des photos affreuses sur Instagram? Pour des raisons éthiques et écologiques, je ne vais pas changer de téléphone juste pour qu’il me fasse de meilleures images… Je sais qu’il y a des moyens détournés pour publier des images sur Instagram, mais la deuxième raison  c’est que je ne veux pas d’une énième interface. Je ne veux pas plus de temps d’écran dans ma vie ni plus d’algorithmes, car quand y réfléchit, toutes ces choses qui défilent sont très superficielles souvent, les « followers » et les « likes », à quoi servent-ils à part une créer une illusion d’importance… Je suis complètement à contre-courant je le sais, mais ça m’est parfaitement égal et j’assume! Je connais des personnes qui sont littéralement esclaves de leur téléphone et c’est assez terrifiant je trouve! Vous avez le droit de me traiter de vieille chouette, j’aime beaucoup les chouettes!
Vous pouvez retrouver mes images sur Pinterest, si ça vous dit! 😉

Quick note, why I am not on Instagram

Some people regularly ask me whether I’m on Instagram… The answer is that I have an account, but it’s to look a what others post, I don’t show my work there (and I don’t even look very often).
Why? First, because I use my smartphone mainly as a phone and when I need to access the internet away from my computer. It’s a sturdy work phone that doesn’t fear to be dropped in the mud or even take a dive in a dyepot, but it takes crappy pictures. And why would I want to put crappy pictures on Instagram? I know there are ways to upload pictures to Instagram, but  reason number two for me not being on Instagram is that I don’t want another interface. I don’t want extra screen time in my life and extra algorithms, there’s enough of that already. when you think of it, all these things are often really superficial, « followers » and « likes » are an illusion of importance… I’m swimming against the slow here, but I don’t care! I kow people who are literaly enslaved by their phone and it’s pretty terrifying I think! You can call me an old owl, I actually love owls!
If you wish, you can look at pictures from my workshop on Pinterest! 😉

Prenez soin de vous!
Take care!

 

Cet article, publié dans Filage, L'Atelier de Micky, Teintures, Tissage aux tablettes, Tissages - Mes réalisations, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Reprise des teintures – Back to dyeing

  1. Pat dit :

    Bien vu Micky,votre petit coup de gueule me parle.
    Nous faisons un peu de résistance à la folie ambiante.Pour le téléphone d’abord,je résiste à l’appel des sirènes pour les tout derniers modèles,me contentant d’un Nokia basique.
    Pour les réseaux sociaux c’est pareil ,à part Pinterest justement .
    Je montrais une photos de mes chaussettes jacquard à une jeune vendeuse chez Veritas ,enthousiaste et croyant me faire plaisir me demanda la photo pour la plublier sur le site du magasin,et puis quoi encore ???

  2. nellieduv249 dit :

    Chère Micky, vos posts sont merveilleux. Quelle belle personne vous êtes, si courageuse, respectueuse de la Nature, sensible, indépendante, bûcheuse. Bravo pour votre jugement sur ce temps facile à perdre sur ce satané téléphone. Mille mercis. Nellie

  3. claude dit :

    Non vous n’êtes pas à contre-courant. Les gens se dispersent sur les réseaux sociaux, ils ont l’impression ainsi d’exister, ils ont plein de « followers » mais finalement aucun vrai lien social. Pour moi c’est une perte de temps et ils passent à côté de l’essentiel. Je n’ai pas instagram, j’ai viré face de bouc car ça ne m’apportait rien. Je suis heureuse de vous lire et regarder vos photos, il y a là beaucoup de grandeur d’âme, de couleurs, de nature, bref ce qu’il y a d’essentiel dans la vie. Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez fait pour installer vos « chaudrons » dans la terre et comment les faire chauffer ? Amitiés

    • Bonjour Claude!
      je suis encore sur Facebook, mais principalement pour gérer ma page professionnelle! C’est souvent une perte de temps, oui!!
      En ce qui concerne mes chaudrons, j’ai un terrain en pente, donc c’était assez logique d’y creuser un foyer pour protéger le feu du vent et concentrer sa chaleur. J’ai un post de blog qui en parle, daté de janvier 2019 quand j’ai installé ce foyer. Celui-là je le chauffe au bois, tandis que j’ai deux autres feux à gaz pour les cuves plus petites.
      Amitiés, Micky

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.