Chronique épidémique #4 – Epidemic chronicle #4

Comment ça va tout le monde? Je reviens vous écrire un mot après un petit passage à vide. Il a fait grand soleil ici mais avec un vent glacé et tempétueux qui m’a paralysée. Je déteste le vent froid, surtout quand ce beau soleil me nargue! Envie de me rouler en boule dans un terrier tapissé de mousse. Il me manque les perspectives de travail habituelles de cette époque de l’année. Normalement, je travaille dur pour préparer le marché d’avril de Compiègne, mais rien de tout cela n’est pressé à présent… On se dit qu’il faudrait se donner à soi-même un bon coup de pied aux fesses, exercice difficile même quand on pratique le yoga, mais on peut aussi juste laisser l’état de lassitude prendre sa place, l’accepter et le vivre pour mieux repartir ensuite. C’est l’une des choses importantes qu’a pu m’apprendre la méditation.

How are you everyone? I come back writing to you after a bit of a down time. It was very sunny here, but with a strong and freezing wind which kind of paralyzed me. I hate cold wind, especially when the sun is so tempting! I felt like curling up in a mossy burrow. I miss the perspectives I have at this time of the year, where I usually work hard to prepare for the big spring market in Compiègne. Nothing is urgent these days. We think in this case that we need to kick ourselves in the butt hard, which is not an easy exercise even if you do yoga, but we can also just let this state of weariness be there, accept it and experience it for a better start later. It’s one of the many things meditation taught me.

Quand on parle méditation, beaucoup de gens ont dans la tête l’image d’un moine bouddhiste assis en tailleur et récitant des mantras et se disent « c’est pas pour moi ». Si la méditation est effectivement présente dans beaucoup de pratiques religieuses, elle peut également être un magnifique outil libre de tout dogme. « A la mode » en ce moment, elle répond sans aucun doute à un besoin pressant de nos sociétés modernes, hyper-connectées à la technologie, rapides et dans un état de zapping permanent. Elle est accessible à tous, sans outils particuliers à part une chose que tout Homo sapiens possède: la conscience.
Je pratique depuis quelque temps déjà de manière plus assidue, mais je me suis rendue compte que je pratiquais déjà sans le savoir dans ma vie de tous les jours, dans la contemplation de la Nature et dans mon travail depuis de très nombreuses années, ce qui rend l’apprentissage plus facile sans doute. Si vous pratiquez un artisanat, vous avez peut-être déjà vécu ce genre de moment particulier, lors d’un travail répétitif par exemple. Ce moment où vous vous vous contentez d’être à votre tâche, sans pensées parasites et sans analyse, parfaitement à l’aise et au rythme du bruit de vos gestes peut-être, vous sentez les choses se faire, vous êtes à la fois très concentré et comme détaché, vous êtes juste présents, le temps semble ne plus avoir vraiment d’importance… C’est un état très proche d’un état méditatif!

When you talk about meditation, a lot of people think about a bouddhist monk sitting and reciting mantras and they think « that’s not for me ». If meditation practices are widely used in many religions, it can also be a great tool free of any dogma. Meditation is « fashion » these days, but it undoubtedly responds to a pressing need in our modern societies, hyper-connected to technologies, fast and in a state of permanent channel-hopping. It’s achievable for everyone, without any particular tools, except one that every Homo sapiens possesses: consciousness.
I’m practicing for some time  more diligently, but I noticed that I already practiced without realizing it for many years, in my everyday life, the contemplation of Nature or my work, which makes the learning probably easier for me. If you do craft, you may have experienced this kind of special moment, for example while doing something repetitive. This moment when you are just present at your task, without particular thoughts and without analysis, perfectly at ease, in the rhythm of the noise of your movements, you feel things just being, very focused but kind of detached at the same time, you are present here and now, time seems to be of no importance… It’s very close to a state of meditation!

La méditation n’est pas de la relaxation, bien au contraire, c’est un état qui demande une attention, une vigilance. Je la pratique à présent tous les jours, soit pour une séance assise longue, avec un objet d’attention précis, soit à plusieurs reprises dans la journée, pour des « pauses » de l’esprit toujours bavard, où je suis simplement dans le moment présent. On peut manger en pleine conscience, faire la queue dans une file d’attente, marcher… Elle m’a appris à voir mon quotidien et ce qui m’entoure avec un regard nouveau, à m’écouter et surtout à accepter d’être. En méditation, on apprend à être attentif à toutes les manifestations du corps comme de l’esprit. Et cette exploration permet de mieux se connaitre, sans se juger. Nous vivons dans un monde où les injonctions à être comme ci ou comme ça sont omniprésentes. Il faut être beau, il faut être fort, performant, heureux… Nous sommes jugés et évalués partout, au travail, sur internet, et cela nous met une pression que nous ne ressentons pas toujours vraiment mais qui est bien là. Je pense sincèrement que la plus belle libération dans la vie est celle qui vient quand on se regarde dans un miroir mental et qu’on se dit en le ressentant très profondément « Bonjour, toi! Je t’aime avec tout ce que tu es, avec tes défauts comme tes qualités, avec tes forces et tes faiblesses ». La plus grande force dans la vie est sans doute celle d’accepter pleinement ses faiblesses… Même si la méditation nous est maintenant « vendue » par certains sites comme un outil pour améliorer ses performances et sa productivité (oui, oui…), elle est avant tout un outil pour mieux se connaître et apprendre la sérénité. C’est déjà tout un programme!

Meditation and relaxation are two very different things. Meditation is a state of attention and vigilance. I practice every day, for a longer seated session with a special object of attention or for shorter bits, some « pauses » for the chatty mind, where I just enjoy the present moment. You can eat in mindfulness meditation, or wait in a queue, or walk… It taught me to see my daily life with new eyes, to listen to myself and most important to accept myself as I am. In meditation, you learn to turn your attention to all manifestations of the body and the mind. This exploration allows you to better know yourself without judgement. We live in a world where we are ordered to be like this or like that, you have to be beautiful, you have to be strong, performing well, you have to be happy… We are judged and evaluated everywhere, at work, on the internet and it puts a pressure on us that many probably don’t recognize as such in a clear way. I sincerely think that the most beautiful liberation in life is when you look at yourself in your mental mirror and can say « Hello, you! I love you, with everything you are, strength and weaknesses, qualities and flaws ». The biggest strength in life is probably the deep acceptance of one’s own weakness… Even if meditation is now « sold » by some sites as a tool to enhance performance and productivity (yeah…), it’s above all a tool to know oneself better and to learn serenity: that’s already a vast subject!

Je vous conseille vivement le livre de Christophe André, très accessible et donc l’écriture est agréable et parfois presque poétique. Ceci est la version réduite au texte, il en existe une avec des images et un CD de méditations guidées pour ceux qui aiment. Je ne vous encourage pas en ce moment à le commander en ligne en ce moment, mais quand les librairies seront rouvertes, allez donc feuilleter ce petit bouquin et vous aurez peut-être envie de l’acheter! Christope André est médecin psychiatre et utilise même la méditation avec ses patients de l’hôpital Sainte Anne.
Même si je ne suis pas très adepte des méditations guidées, j’ai testé pour vous l’application smartphone « Petit Bambou » et pour débuter, ce n’est vraiment pas mal. Il y a une grande partie gratuite qui permet déjà de se familiariser avec la méditation de pleine conscience. Je n’aime pas trop la voix de la dame qui guide les méditation, mais Christophe André a récemment mis en ligne sur l’appli des séances d’initiation gratuites! Pour ma part, je m’initie doucement à la méditation yogique, qui est encore différente mais passionnante!

J’ai récemment adopté un shoggi, un petit banc de méditation légèrement incliné qui permet une position à genoux très confortable, les fesses sur le banc, jambes repliées sous celui-ci. La colonne vertébrale est bien droite et alignée, je trouve cette assise extrêmement agréable!
I recently adopted a shoggi, a meditation bench which is slightly tilted and allows a very comfortable kneeling position, buttocks on the bench, legs underneath it. The backbone is well-aligned and straight, I find that seating very pleasant!

 

Voilà bien un artisanat textile propice à la méditation: le filage! Je ne suis vraiment pas une très bonne fileuse, mais j’aime beaucoup cette activité et j’ai reçu comme cadeau de Noel de magnifiques rolags de mélanges de chez Fellview Fibres, une artisane anglaise qui fait des petites merveilles! J’ai commencé par le mélange « Bursting buds » évoquant les bourgeons de printemps et à base de mérinos, shetland et soie tussah sur mon rouet « Egon » qui était abandonné dans son coin depuis trop longtemps…

Well, here’s a craft that can be very meditative: spinning! I’m not a really good spinner, but I love spinning and I received, as a Christmas gift, some gorgeous rolags from Fellview Fibres, an english crafter who creates little gems! I started with the « Bursting buds » mix: merino, Shetland and tussah silk, spinning on « Egon », my spinning wheel, sitting alone and abandoned in a corner for too long… 

Dans mon cadeau, il y avait également les mélanges « Old stone wall » évoquant un vieux mur de pierre avec des végétaux, composé de laines islandaises, blue-faced leicester et shetland et « Nightstalker », aux couleurs de la chouette effraie, avec du bébé chameau, mérinos et 3 types de soie. J’aime l’idée qu’il y ait une vraie intention dans ce que fait Carol, avec ces thèmes précis et la qualité de ses rolags est extraordinaire! Je ne sais pas du tout ce que je vais faire avec le fil, mais faut-il toujours savoir où l’on va exactement? Juste prendre du plaisir en filant avec de si belles matières est à chaque fois un petit voyage agréable et c’est déjà beaucoup. Allez-donc faire un tour sur son site, même juste pour le plaisir des yeux!

In my present, I also had the mixes « Old stone wall » with Icelandic, BFL and Shetland wools, as well as « Night stalker » inspired by the barn owl and mixing baby camel, merino and 3 types of silk. I love the intention behind what Carol does and the quality of the rolags is extraordinary! I don’t know what I’m going to do with the yarn once spun, but do you always need to know where you go? Just enjoying the spinning, with such wonderful materials, is a little pleasant journey out of the routine and that’s already a lot. 

 

J’avance aussi (lentement!) sur un nouveau snood tricoté en laine de mouton Jacob, filée au rouet également en un seul brin. Je suis étonnée par la douceur de cette laine!
I also make (slow!) progress on a new knitted snood, using wheel-spun Jacob wool. I’m surprised how soft this wool is!

 

Côté teintures, pas de nouveautés très spectaculaires, sauf deux tissus de 2.5m terminés, ceux que je vous ai montrés en cours de route! Le sergé est teinté au henné et la toile est teintée indigo puis gaude. Ils ont l’air très beaux sur la photo, les teintes sont exactement ce que j’espérais! Mais… et c’est un gros mais! Le henné comporte pas mal de taches comme je m’y attendais, je vais devoir revoir ma procédure. Et le vert a eu un petit souci très classique de « décoloration à la pliure » qui arrive quand on plie un tissu fraîchement teinté indigo alors qu’il est sans doute encore très légèrement humide…  Je le sais, ça, pourtant, mais on n’est jamais à l’abri d’une bêtise, la preuve! Il y a quelques années, quand ça m’arrivait, je pensais aux heures de travail et à l’argent perdu et je m’énervais allant jusqu’à en pleurer. Maintenant, je reste calme. Car ce genre de choses fait partie de l’artisanat, quel qu’il soit. Parfois, on fait des erreurs et on continuera encore longtemps à en faire de nouvelles ou de refaire les mêmes de temps à autre. Ne pas savoir accepter ça est une très mauvaise idée, parce qu’on va dépenser une énergie folle à se lamenter sur son sort et s’en vouloir. Mais autant la garder pour autre chose, cette énergie, non?
Bon, ça fait une jolie photo quand même… Accepter ses faiblesses…

On the dyeing side, nor a lot of spectacular things, except two finished 2.5m fabrics, those I showed you in progress! The twill was dyed with henna and the tabby with indigo, then weld. they look really nice on the picture and the colors are exactly what I wanted! Great, but… and it’s a big but! The brown one has quite a bit of spots and smears like I expected, I will have to change my procedure. And the green had a classical indigo problem: when you fold an indigo-dyed fabric that still has some moisture in it, a chemical reaction can cause a discoloration at the fold, which is what happened… I know that, but made the mistake anyway! Some years ago, when something like that happened, I was angry and even cried sometimes, thinking about the wasted hours of hard work and money, but now I stay calm, because this is what crafts are about. Sometimes, you make mistakes, and will make some more, old or new ones from time to time. Not knowing to accept that is a very bad idea, because you will waste a tremendous amount of energy feeling sorry for yourself  and  blaming yourself. But this energy could have a much better use, couldn’t it? 
Anyway, it makes quite a nice picture… To accept one’s weaknesses…

Comme mon stock de matières tinctoriales commence à diminuer, j’ai décidé de me garder les grosses quantités à teindre pour plus tard et de commencer par les choses légères et délicates, comme la soie. Je viens de mordancer une grande quantité d’écharpes et de foulards et j’ai commencé avec une jolie teinture orange (gaude sur une base de garance clair).
As some of my dyestuff stash starts to diminish, I decided to keep the big dyeing for later and dye some lightweight and delicate things first, like silk skeins and scarves. I mordanted a big batch of scarves and started with a nice orange (weld on a light madder base).

 

J’ai également repris ma ceinture brochée, que je dois terminer avant l’été. C’est beau à regarder, quand le soleil vient caresser la soie rouge et le fil doré en fin de journée par la fenêtre de l’atelier.
I also went back to my brocaded belt, that I have to finish before summer. When the sun shines on it through the window at the end of the day, caressing the red silk and the gold thread, it’s a pleasure to watch.

 

Et parce que je n’ai pas écrit depuis longtemps, je vais rallonger cet article par une recette intéressante. En ces temps de confinement où l’on fait moins de courses, vous aurez peut-être envie de tester la fermentation maison de légumes? Pour donner un peu de piment à mon alimentation, qui n’en manque pas vraiment, mais j’avoue adorer ce qui est épicé, j’ai refait du kim chi. Il s’agit de chou fermenté coréen (enfin chou ou autres légumes d’ailleurs). Ma recette est simplifiée, mais marche très bien, je le conserve au frais pendant des semaines, le gout change au fil du temps, mais ce qu’il y a de bien dans les lacto-fermentations, c’est que l’odeur te diras instantanément si le produit est encore consommable ou pas!

Pour un chou chinois de bonne taille:

  • environ 160g de sel de mer non fluoré et sans additifs
  • 1/2 cuillère à café de piment de Cayenne
  • 5 oignons nouveaux (ou 1-2 oignons « classiques »), taillés très petits
  • 2 gousses d’ail
  • 5cm de gingembre frais, râpé
  • 3 cuillères à soupe ou à café selon votre degré d’addiction au piment de piments frais ou séchés, taillés très fins
  • 1 cuillère à soupe de sucre (j’utilise du sucre brun complet type rapadura)
  • de l’eau de préférence non chlorée (filtrée ou laissée quelques heures à « respirer » à l’air)

Découper le chou en fines lanières puis en morceaux . Disposez-le dans un grand plat en alternant chou et sel. Fermer le plat le plus possible avec une assiette adaptée en mettant un poids dessus et laissez reposer pendant 5 jours dans un endroit frais. Après 5 jours, égouttez la saumure et bien rincer les morceaux de chou à l’eau, en pressant le plus possible la préparation pour enlever l’excès d’eau et de sel. Bien mélanger le reste des ingrédients avec le chou. A ce stade, si vous mélangez avec les mains, ne vous frottez surtout pas les yeux!!
Mettre la préparation dans un grand bocal stérilisé, rajouter de l’eau non chlorée pour recouvrir entièrement le chou et fermez hermétiquement. Je laisse encore 2-3 jours à température ambiante avant de mettre au frais et déguster au fur et à mesure., mais cela se conserve hors frigo dans un local frais, c’est bien le miracle des aliments lacto-fermentés!

Les aliments lacto-fermentés sont une super source de nutriments et se gardent longtemps sans stérilisation. Ne vous laisser pas impressionner par le terme de « lacto-fermentation », il vous suffit d’avoir du sel pour en réaliser! Je vous conseille le blog de Marie-Claire Frédéric, journaliste et auteur culinaire, dont les bouquins sont très bien faits d’ailleurs: Ni cru – Ni cuit. La fermentation est un procédé millénaire pour conserver des aliments, c’est simple et efficace, pourquoi ne pas essayez?

Prenez soin de vous et à bientôt!

And because I haven’t written here for some time, I will add something to this article! In these days of lockdown, when we don’t shop often, fermented vegetables might be worth a try!  To spice up my food, which doesn’t really need it because I’m a chili pepper addict, I made some kim chi again. It’s fermented Korean cabbage (well cabbage or other vegetables actually). My recipe is simplified but works well, I keep it in the fridge or a cool place for weeks, the taste is evolving but that is what’s great with lacto-fermentation; your nose is telling you right away if the produce is edible or not!

For a big Chinese cabbage:

  • approximately 160g of sea salt, without additives
  • 1/2 a teaspoon of Cayenne pepper
  • 5 spring onions (or 1-2 onions), finely cut
  • 5cm of grated fresh ginger
  • 3 teaspoons or tablespoons of finely cut chili peppers, fresh or dried, depending on your degree of addiction to hotness!
  • 1 tablespoon of sugar (I use unrefined raw sugar)
  • water, preferably without chlorine (filtered or let to sit a few hours)

Slice the cabbage in small pieces and alternate layers of cabbage and salt in a big bowl. Close the bowl with a plate as tightly as possible, putting weights on it and leave it in a cool place for 5 days. After that, drain the brine and wash the cabbage thoroughly, pressing as much liquid out of it as possible. Mix the other ingredients with the cabbage well. if you use your hands to do that, don’t EVER touch your eyes at this stage!!
Put everything in a big sterilized jar, add water to top up and cover the cabbage and close hermetically. I usually let it be a few days in a cool place before putting it in the fridge and eat, but it is safe to let it out of the fridge in cold storage, that is the miracle of lacto-fermentation…

Lacto-fermented foods are a great source of nutrients and keep for a long time without being sterilized or cooked. Don’t be fooled by the name of it, all you need for that is salt! Fermentation is a very old procedure, it’s simple and efficient, why not try it? https://farmsteady.com/field-guide/lacto-fermentation-a-guide-to-making-fermented-foods


Take care and see you soon!

Cet article, publié dans Filage, L'Atelier de Micky, Teintures, Textile et Fibres, Tissage aux tablettes, Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Chronique épidémique #4 – Epidemic chronicle #4

  1. Marie dit :

    Bonjour Micky, c’est toujours un moment de plaisir de lire vos messages… Merci .

  2. clara dit :

    Mais quel beau post! de la nourriture pour l’âme et pour les yeux… et même pour le ventre! Merci!!!

  3. Je suis brodeuse et j’ai donc souvent l’occasion de vivre ce que vous décrivez pour la méditation en travaillant 🙂
    Merci pour ces belles paroles, et aussi pour les belles photos de votre beau travail !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.