Teintures d’hiver – Winter dyes

Teinter en hiver n’est pas ce que je préfère… A cette époque de l’année, entre décembre et mi-février, j’aime tisser, filer ou lire bien au chaud en attendant des jours meilleurs, préparer des choses pour la nouvelle année de travail également. Oui mais voilà, le premier marché de la saison sera début février et mes clients ont gentiment fait quelques trous dans mon stock de couleurs! Il faut donc s’accommoder de la météo parfois capricieuse et teinter au rythme d’hiver… Quand vous avez beaucoup de choses à faire et que les conditions ne vous sont pas favorables, vous avez deux solutions. Numéro 1: stresser et se battre contre les conditions pour faire le travail. Numéro 2: faire ce que vous pouvez. Si vous choisissez la solution numéro 1, il y a de fortes chances de devenir épuisé, mécontent et tendu. Vu que mes couleurs ne sont pas réussies quand je suis moi-même dans une mauvaise énergie, j’ai choisi la solution numéro 2!

Dyeing in winter is not what I prefer… At this time of the year, between december and mid-february, I like to weave, spin or read in the warmth of my home, waiting for better days, also prepapring things for the new working year ahead. But the first market of the season is at the beginning of february and my clients kindly bought some holes into my stock of colors! I have to adapt to the weather conditions and dye at winter’s rythm… When you have a lot of things to do and the weather is against you, there are 2 solutions. Number 1: you feel the stress and battle against everything to get the job done. Number 2: you do what you can. If you choose number 1, you’re likely to get exhausted, unhappy and tense and as my colors don’t shine if I don’t shine myself, I chose solution number 2!

Habituellement, j’utilise pas mal le gaz pour chauffer mes cuves, mais dehors en hiver, ce n’est une solution ni très efficace ni très économique, alors j’ai aménagé un nouveau foyer pour la plus grosse cuve et qui marche très bien. Mon sol ici est très argileux, c’est parfait!

Usually I use gas quite a lot to heat up my pots, but outside in winter, that’s neither efficient nor cheap. I set up a new fireplace for the biggest pot, which turns out to be working really well. My soil here is very rich in clay, perfect!

Dans la pénombre de fin d’après-midi, il est temps de terminer… In the shadows of late afternoon, time to stop!

J’aime teindre sur un feu… C’est plus difficile, parce qu’il est nécessaire de bien gérer son feu, particulièrement si l’on utilise des plantes tinctoriales nécessitant un contrôle de la température, comme la garance. Avec du gaz, on peut simplement couper la chaleur quand on en a besoin, alors qu’il faut anticiper sur un foyer. Mais le feu a son propre langage, il craque, il rugit, il siffle ou soupire, vous disant ainsi de quoi il a besoin. Penchée au-dessus du chaudron, de la fumée et de la vapeur plein les yeux et les narines, j’écoute le langage du feu, j’écoute les sons qu’émet le chaudron. Je sens aussi l’odeur de la matière tinctoriale, j’apprécie la température qui monte doucement avec mes mains. Je suis consciente de tout, tous mes sens sont en éveil. Dans ces moments-là, je sens une connexion avec les teinturiers du passé. Avaient-ils les yeux rougis par la fumée comme moi? Sentaient-ils les mêmes douleurs au dos et dans les bras à force de tourner encore et encore la laine dans la cuve?

Ce chaudron est très spécial, nous apprenons encore à travailler ensemble. Il appartient à une amie très chère, teinturière de grand talent, qui ne peut plus travailler à cause d’une maladie. Ma tâche est de continuer à faire travailler son chaudron favori et je ne peux vous exprimer par des mots combien cela est précieux!

 

I love dyeing on an open fire… It’s more difficult, because you have to monitor your fire carefully, especially if you dye with stuff requiring temperature control like madder. With gas you just turn down the heat when needed, with fire you have to anticipate. But fire speaks a langage of its own, crackling, roaring, hissing or sighing, telling you what it needs. Leaning over the big dyeing pot, with smoke and steam in my eyes and nostrils, I listen to the fire and to the sounds the pot is making. I also smell the dyestuff, feel the temperature slowly rising with my hands. I’m well aware of everything happening, all my senses are occupied. In these moments, I feel very connected to the dyers of old times. Did their eyes sting the same in the smoke? Did their backs and arms ache the same after some time turning the wool over and over in the pot? 

This pot and I are still getting to know each other. It belongs to a dear friend of mine, a gifted dyer who cannot work anymore due to a disease. My task is to make her favorite pot work again and I can’t tell you in words how precious this is! 

 

L’autre jour, je devais teinter un drap de laine à la garance et la météo était horrible, averses de grêle, vent glacial et pluie. Je ressemblais à une sorte de sanglier trempé à la fin de ma session de teinture, mais le résultat était à la hauteur de l’effort… je devrais penser à un petit toit pour mon installation!

The other day I had to dye a piece of fabric with madder, and the weather was awful, with hail storms, an icy wind and rain. I looked like a soaken wild boar when I had finished, but it was worth the effort… I shall think about a little roof for my setup!

Mon amie m’a dit que son chaudron était parfait pour la garance, et je dois me rendre à l’évidence! La photo ne le montre pas bien, mais je crois que je n’ai jamais eu autant de lumière sur un drap teinté garance avant!

My friend said her pot was perfect for madder, well I have to agree! The photo doesn’t show it so well, but I never had so much shine on a madder fabric before!

 

A la cave, j’ai mon espace de teinture à l’indigo, je préfère teinter les bleus au chaud! Mais il m’y manque la Nature autour de moi, regarder passer les oiseaux ou l’occasionnel chevreuil! Parfois, le temps permet de mettre les écheveaux à sécher dehors.

In the basement, there is my indigo dyeing space, I prefer to work in a warmer place for blues. But I don’t like it, I miss the Nature around me and watching the birds and the occasional deer! Sometimes, the weather is dry enough to put the skeins outside for drying.

Mais il suffit qu’on les oublie une nuit sur le fil pour que le gel s’en mêle! Zut!

But it happens that you forget them on the clothe line for the night and the frost comes! Bugger!

Et comme le soleil ne dépasse pas encore le haut de la colline, même quand il se montre, c’est entre les arbres.

And as the sun is not high enough above the hill, even when it shows it’s between the trees.

 

En hiver, ce n’est pas teindre qui est difficile, avec un peu d’organisation et du bois sec, il n’y a pas de soucis, mais rincer et sécher devient problématique. Normalement je rince sur notre prairie, les eaux de rinçage ne présentant pas de risques pour l’environnement (j’arrose souvent le potager ou nos saules avec). Mais quand le tuyau extérieur est gelé, je me retrouve au chômage technique. Ce serait une très mauvaise idée de rincer à l’intérieur, je pense que ma fosse septique se vengerait de manière extrêmement désagréable!

In wintertime, dyeing in itself is not a problem with a bit of planning and dry wood, but rinsing and dryeing becomes problematic. Normally, I rinse skeins and fabrics on our prairie, rinsing waters not being hazardous for the environment (I often water the vegetable garden or our willows with it). But when the exterior water hose is frozen, I can’t do anything. It would be a very bad idea to rinse inside, as my septic tank would take revenge in an extremely nasty way!

Avec en tête la phrase de Ralph Waldo Emerson « Adopte le rythme de la Nature: son secret est la patience », je vais m’écouter et écouter la Nature. Ce que je peux faire et ce que j’ai promis de faire à des personnes, je le ferai. Le reste attendra. Être son propre patron n’est pas facile, mais l’un de nos privilège est que nous pouvons parfois adapter notre rythme à ce qui se présente, un privilège précieux dans notre monde de pression continuelle! Je retrouverai bien assez tôt mes longues journées de teinture… Quand la Nature commencera à se réveiller et sera plus accueillante pour mon travail, je repartirai avec elle dans un nouvel élan!

True to the phrase of Ralph Waldo Emerson « Adopt the pace of nature: her secret is patience », I will listen to myself and to Nature. What I can do, I will. What I have promised to some people I will finish. But everything else will wait a bit. Being self-employed is not easy, but one of the privileges we have is that we sometimes can adapt our rythm to what is at hand, a very precious privilege in our world of constant pressure! I will get back to my long dyeing days soon enough… When Nature will start to wake up and be kinder to my work, I will start again with a new momentum!

Filage mérinos bio teinté indigo – Spinning organic merino dyed with indigo

 

 

Publicités
Cet article, publié dans L'Atelier de Micky, Teintures, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Teintures d’hiver – Winter dyes

  1. Marie-Christine JACQUOT dit :

    Magnifique, comme toujours! Merci pour ce partage d’expérience..;

    >

  2. O. IGNACE dit :

    Merci de vos billets qui font chaud au coeur et à l’esprit. Je les lis chaque fois avec délice. Avec l’envie d’aller dans la cuisine de mon bureau requalifiée en atelier de teinture – je vous envie de pouvoir travailler dehors … si je m’améliore, je pourrai peut-être m’offrir ce genre d’organisation dans le jardin …

    • Merci! J’ai beaucoup teinté dans ma cuisine au début, quand je teintais juste pour ma consommation personnelle! 😉 Après, il a bien fallu agrandir les cuves et délocaliser!
      Je vous souhaite de tout coeur de pouvoir teinter dehors, c’est vraiment agréable, oui! (sauf évidemment en hiver… ah me voilà repartie pour râler!)
      Amitiés, Micky

  3. Marie dit :

    Superbe! Merci…

  4. Mamieyane dit :

    Magnifique ! Merci pour le partage. J’adorerais avoir le temps et les connaissances nécessaires, le résultat est super. Bravo. Le gel sur la laine qui sèche peut-il avoir une incidence sur la matière et la couleur ?
    Bonne continuation.

    • Bonjour! Le gel n’a pas fait de dégâts, il n’y avait pas eu de soleil (ni de rayons de lune) dessus, donc tout va bien! J’ai décongelé la laine en douceur!
      J’ai déjà eu de désagréables surprises avec la rosée et le soleil du matin par contre!
      Amitiés, Micky

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.