Tissage de Hallstatt au crin de cheval

Lors d’une récente visite à Samara, j’y ai retrouvé Fred de la Ferme Gröning avec ses animaux. J’en profite pour vous recommander son savon au lait de jument, je n’utilise plus que ça chez moi… Élevage en bio. Je vous recommande également une visite de l’archéosite de Samara, près d’Amiens, un lieu vraiment extra!

Comme il avait du crin de cheval sur son campement, je lui en ai demandé un peu car j’avais entendu parler de son utilisation comme fil de trame en tissage aux tablettes et je voulais essayer. Ce crin provient de la queue de chevaux Fjord (et non, ce ne sont pas des poneys malgré leur taille relativement modeste!). Si vous ne voyez pas à quoi ressemble un fjord, voici Terje, un hongre, qui était de sortie à Samara:

fjord

De retour à la maison avec mes crins, il me fallait décider quel motif tisser. En farfouillant sur le net, je suis tombée sur l’essai de Cynthia Sebolt avec le motif de Hallstatt, c’est celui-là que j’ai décidé de faire. Il y en a d’autres, notamment en Scandinavie si je me souviens bien, mais il faut encore que je recherche ça…

On a trouvé pas mal de jolies choses textiles à Hallstatt, en Autriche, remontant à l’Age du Fer, entre 800 et 400 avant J.C. environ. J’ai déjà eu l’occasion de tisser des motifs de tissages aux tablettes de cette période, je les aime beaucoup!

J’ai donc trié les crins en essayant de récupérer les plus longs, jusqu’à 80-90cm.

crinfjord

J’ai monté ma chaîne de tissage avec de la laine 2 brins fine, teintée aux noix pour les deux marrons et tanaisie + fer pour le vert. Le marron le plus foncé est celui que j’avais laissé tremper dans mon bain aux noix l’autre jour…

J’ai été agréablement surprise par la facilité de travail avec le crin, finalement ça ne change pas grand chose au tissage à part sur deux points. Premièrement, le crin forme toujours une petite boucle à la lisière, il faut bien prendre soin de tirer dessus après chaque rotation et tassage. Deuxièmement, comme la longueur moyenne des crins est de 70 à 90cm, on n’a pas besoin de navette et il faut renouveler régulièrement le crin de trame. J’ai choisi de superposer les crins dans la même foule dès que j’en prends un nouveau, à peu près tous les 2cm, soit une trentaine de « picks » (séquences de rotations).

On voit sur l’image ci-dessous la finesse du crin, qui rend le motif  vraiment sympa. C’est un motif que beaucoup de gens tissent trop étiré parce que le fil de trame est trop épais et/ou que ça manque de tassage! L’original est bien « ramassé!

DSCF1999

hallstatthorsehair

Conclusion: j’aime beaucoup travailler avec du crin de cheval! Et il paraît probable que nos ancêtres en ai utilisé davantage que nous le pensons. En effet, pourquoi passer des heures à filer du fil au fuseau quand il suffit d’aller  au cul d’un cheval!! 😉

Publicités
Cet article, publié dans Tissage aux tablettes, Tissages - Mes réalisations, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Tissage de Hallstatt au crin de cheval

  1. cochet dit :

    merci pour la ballade et les connaissances! bravo pour l’essai qui est une réussite. C’est très beau, j’aime beaucoup aussi l’effet.

  2. Heubrecq dit :

    Magnifique réalisation! Coloris splendides et finesse du travail! Bravo!

  3. le vieil Ane dit :

    Le cheval, c’est trop génial comme dit la pub ! C’est vrai que le motif est fin. Toujours intéressant de voir tes nouvelles expériences ! 😉 Bizz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s