Extraction de pigment de pastel: premier essai

Grâce à une amie, j’avais pu obtenir des graines de pastel (Isatis tinctoria) et cela fait plus d’un an que les plantes poussent gentiment dans mon jardin. J’ai enfin eu le temps de tester l’extraction du pigment à partir de feuilles fraîches!

Voici le pastel dans mon coin à tinctoriales, que je dois agrandir cet automne en préparation de l’année prochaine…

pastel1

En avril

En juillet, avec graines et fleurs

En juillet, avec graines et fleurs

J’ai profité de ma récolte de feuilles du matin pour ramasser des graines (le pastel est un vrai chiendent et produit des graines en grandes quantités!!)

pastelgraines

Les principes tinctoriaux contenus dans le pastel sont les mêmes que ceux des plantes d’indigo (Indigofera) principalement l’indican et l’isatan. Ces substances sont les précurseurs chimiques de ce qu’on appelle communément « indigo » et qui n’est pas soluble dans l’eau. L’indigo est un colorant « de cuve » et une réduction chimique en milieu alcalin est indispensable pour teindre. Au contact de l’air, il y a une réaction d’oxydation et on retrouve notre indigo fixé sur les fibres!

Je me suis basée, pour cet essai, sur une recette du site http://www.woad.org.uk/index.html

D’abord, j’ai lavé et découpé les feuilles.

pastel_feuilles

Ensuite je les ai fait chauffer une dizaine de minutes à 80°C dans de l’eau de pluie. Le pastel sent un peu l’oseille!

pastel_80

Ce bain doit ensuite être rapidement descendu en température, vers le 50-55°C avant d’ajouter une solution basique obtenue à partir de soude (attention, pas la soude caustique ni le bicarbonate!), à raison d’environ 3 cuillères à café. Le bain devient vert brun et doit alors être agité pendant un certain temps pour faire précipiter le pigment. Si on se souvient de la chimie de l’indigo, ces deux étapes sont très logiques…  En chauffant on solubilise l’indican et l’isatan présent dans les feuilles et en augmentant le pH, on transforme les précurseurs en indoxyle. En agitant, on ramène de l’oxygène dans la solution et l’indoxyle se combine en indigo! c’est pas magique, ça?

pastelfroth

pastel_liquide

Après agitation, il faut laisser décanter plusieurs heures dans des jarres en verre, un précipité bleu doit se former au fond. On peut retirer l’eau du dessus très doucement à la pipette au fur et à mesure. j’en suis à cette étape et je ne sais pas encore combien de grammes de pigment je vais obtenir. par contre, ce que je sais, c’est que le pigment est bien là, la preuve en image:

pastel_depot

Si, si, je vous assure, les petites traînées sont bien du pigment de pastel, il y en a une jolie couche au fond de ma jarre!! mais il faudra encore patienter un peu avant d’avoir la poudre de pastel entre les mains et de faire un essai de teinture… 🙂

On peut aussi utiliser le bain d’extraction comme bain de teinture en ajustant le pH et y ajoutant un agent réducteur (quelques connaissances et de l’expérience en chimie et usage des cuves d’indigo sont alors très utiles!)

Publicités

~ par mickyschoelzke sur juillet 20, 2013.

13 Réponses to “Extraction de pigment de pastel: premier essai”

  1. Bonjour,

    J’ai aussi trouvé des trésors d’informations dans le site que vous mentionnez. Je vais tenter l’extraction de pigment de pastel avec les feuilles des pieds que nous avons cultivés, toutefois j’aimerais savoir ce que vous avez utilisé comme soude. Merci d’avance pour votre réponse.

    • Bonjour! oui, ce site est super!
      La soude, ce sont simplement des cristaux de soude comme ceux qu’on prend pour le ménage. Soit dit en passant, j’adore les produits double ou triple emploi comme le vinaigre blanc et les cristaux de soude! 😉
      Amitiés,
      Micky

  2. Bonjour,
    J’avais oublié de vous recontacter pour vous donner nos résultats. Avec 1kg300 de feuilles nous avons obtenu 11g de pigment. ce qui semble être un bon résultat, il est vrai que nous sommes dans le Lauragais, au pays de cocagne. Nous allons maintenant teindre avec notre pgment pour en tester la qualité tinctoriale.

  3. Bonjour,
    A la lecture des articles de votre article vous semblez être très « pro », je me permets donc de solliciter votre grande expérience. Voilà je reviens du Mali ou depuis 2007 nous avons créé 1 jardin avec des amis maliens dans 1 région sub-sahélienne. Dans ce jardin l’ indigotier pousse très bien et j’ai ramené des boules de feuilles pilées et séchées elles font environ 16g chacune je ne sais pas quoi en faire. Avez vous déjà expérimenté ce type de boules?( La teinture végétale semble être 1 travail à part entière!). Là bas on me disait qu’il suffisait de mettre ces boules dans l’eau et y placer la matière à teindre mais ça n’a pas l’air aussi simple que ça! en tout cas merci de nous faire partager vos expériences c’est très intéressant.

    • Bonjour Annie!
      je suis loin d’être une pro, j’ai encore une foule de choses à apprendre! En teintures végétales, on reste apprenti pendant des années! 😉
      Il me semble en effet que les cuves traditionnelles africaines se basent sur une fermentation, en mettant à fermenter les feuilles dans un bain à base de cendre (l’essentiel est que ce soit alcalin). Les bactéries font le reste ensuite, pour solubiliser le principe colorant. Oui, ça a l’air très simple, mais c’est en effet plus compliqué que ça et prends un certain temps (il faut également de la chaleur).
      Mais vous pouvez aussi faire une extraction un peu comme avec le Pastel, mais je n’ai pas de recette, il vous faudra faire des tests! Moi, je ferais tremper les boules dans de l’eau de pluie pendant 1 jour ou deux, puis je ferais légèrement chauffer et j’ajouterais des cristaux de soude, avant de faire précipiter le pigment comme décrit dans l’article, en agitant… Si vous essayez, je serais absolument ravie de connaitre vos résultats! 🙂
      Amitiés,
      Micky

  4. Bonjour,

    J’avais planté des graines de pastels le printemps dernier, mais ils étaient chétifs, je les ai laisser vivre leur vie ! Cette année ils sont magnifiques. Je viens de découvrir votre site (super) et je tenterais bien l’aventure. Mes pastels sont presque en fleurs et assez hauts. Je me demandais si je devais prendre les feuilles d’une plante montée et déjà fleurie, et si oui, dois couper toute la tige ou juste prendre les feuilles ? En bref, le pastel est-il présent dans une plante fleurie ?
    Bonne fin de journée et merci pour toutes ces infos.
    Pascale

    • Bonjour!
      l’extraction de pigment ne vaut vraiment pas le coup pour des plantes de deuxième année qui vont fleurir! Je vous conseille de les laisser grainer naturellement cette année si vous pouvez et l’année prochaine, vous aurez des plants de première année vigoureux que vous pourrez utiliser. J’ai constaté que les semis naturels qu’on laisse se faire donnaient souvent de plus belles plantes que les semis qu’on peut faire soi-même. 😉
      Amitiés tinctoriales!
      Micky

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s